L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 23 septembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Voyage en Nostalgie
Fabrice Gabriel   Norfolk
Seuil - Fiction et cie 2010 /  17 € - 111.35 ffr. / 210 pages
ISBN : 978-2-02-103059-4
FORMAT : 14cm x 20,5cm
Imprimer

Le héros du livre de Fabrice Gabriel s’appelle Gilles ; il part vers l’Amérique, sur les traces d’un oncle disparu, à la recherche de quelques fantômes : Jill, qui aurait pu être amoureuse de l’oncle ; Ida, la sœur de Gilles disparue elle aussi, qui scande le récit de quelques oracles qui guident Gilles dans sa quête ; et surtout des silhouettes énigmatiques apparues sur un tableau de Gainsborough, «The Blue Boy», dont Gilles va chercher à reconstituer l’histoire.

Ce récit attachant est un voyage mélancolique : Gilles traverse l’Amérique (il terminera sa quête en Californie) comme il traverse la vie, sans réelle passion, ni pour ceux qui l’entourent, ni pour ceux dont il essaie de retrouver la trace. On y retrouve des thèmes esquissés, comme le retour à l’enfance, la communion avec un être disparu (Ida, la sœur de Gilles), et la vie transcendée par la création artistique.

Peut-être est-ce dans cette impression d’«esquisse» que se situent les quelques regrets que l’on peut ressentir une fois le livre fermé : regrets que tous ces thèmes si forts ne soient, tout au long du récit, que «caressés», d’une plume certes adroite et parfois très touchante, mais qui reste à la marge d\'une profondeur que l’on aurait aimé ressentir plus durablement lors de la lecture.

«Il pensait, en dépit de la tristesse, du paquet qu’il fallait ouvrir, de sa grand-mère morte un an à peine après son oncle, et d’Ida tellement absente dans le ciel vide, que c’était la beauté du monde, qu’il pleuve parfois si fort, à la fin de l’été, et qu’alors ce qui reste de vert, et les odeurs des arbres, se réveillent d’un coup – un miracle» (p.193).


Michel Pierre
( Mis en ligne le 01/12/2010 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd