L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 28 avril 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée littéraire 2016
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Souvenirs contés
Fariba Vafi   Un secret de rue
Zulma 2011 /  18 € - 117.9 ffr. / 218 pages
ISBN : 978-2-84304-530-1
FORMAT : 12,5cm x 19cm

Traduction de Christophe Balaÿ
Imprimer

Toute la vie d’un quartier pauvre iranien à travers quelques personnages et quatre familles, autour de la famille centrale, celle d’Abou, dont une des filles, Homeyra, est la narratrice de ce court roman. Il y a aussi la maison d’Hossein Abdi, celle de Shams qui tient le hammam, et celle de Morad, dont n’apparaît que la femme qui parle d’abondance pour vanter sa vie : Monir.

Bien du temps a passé, les personnages sont ou morts ou dispersés au gré de leurs vies, le quartier s’est transformé, les maisons sont détruites, le hammam est remplacé par un ensemble piscine, sauna, jacuzzi, et Homeyra, au chevet de son père Abou, mourant, se souvient. Elle se souvient de la vie difficile, de la pauvreté, de l’oncle qui passait silencieux et souriant, de sa mère Mahrokh, dont le père Abou était jaloux, et qui, elle, passait ses journées à faire la lessive, inlassablement. Que cherchait Mahrokh dans ces lessives éternelles ? Aziz sa belle mère ne l’aimait guère, et ne cessait de maugréer et de tout critiquer.

Autour des deux femmes : Abou violent et maladroit, Mastaneh la fille aînée, les voisins Shams, l’aveugle - mais plus clairvoyant que beaucoup -, Azar la grande amie de l’enfance… Tout ce passé qui ressurgit, peut-être une dernière fois, écrit au présent. Malheur ou bonheur ? Et si tout dépendait du regard porté ? «Monir parlait de Morad et d’elle-même comme s’il n’y avait point sur terre d’êtres plus extraordinaires. C’était le couple le plus heureux et le plus fortuné. Ils se couvraient mutuellement de fleurs comme de parfaits amoureux. Monir fit un tel éloge de ce bonheur que Mahrockh et Mastaneh furent immédiatement saisies de ce que leur propre vie en fût totalement dépourvue».

Une chronique au fil de la mémoire et des souvenirs d’enfance, avec le regard des enfants et ses hiérarchies. Une chronique de souvenirs vécus dans l’Iran des 50 dernières années, mais qui s’inscrit dans une tradition séculaire de contes.

Iranienne, Fariba Vafi (née en 1962) écrit nouvelles et romans ; Un secret de rue est son premier roman traduit en français.


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 25/04/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd