L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 23 septembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Guerre(s) et paix
Gavin Kovite   Christopher Robinson   La Guerre des Encyclopédistes
Plon - Feux croisés 2017 /  21.90 € - 143.45 ffr. / 474 pages
ISBN : 978-2-259-24903-4
FORMAT : 14,0 cm × 22,5 cm

Stéphane Roques (Traducteur)
Imprimer

Mickey Montauk et Halifax Corderoy sont deux étudiants de Seattle, look hipster et goût prononcé pour le canular artistique, au point d’avoir créé une aimable société de joyeux fêtards, ''Les Encyclopédistes'', qui soutirent de l’argent à la ville au vague prétexte d’expos artistiques.

La vie est belle, les fêtes aux allures de bacchanales se succèdent, et Halifax est amoureux de Mani. L’harmonie règne. Et puis la réalité s’invite : Montauk, soldat réserviste, est appelé en Irak ; Halifax, étudiant motivé, part pour Boston et ses universités d’élite, larguant au passage sa copine, qui, dans l’intervalle, est heurtée par une voiture et craint d’être enceinte. A partir de là, la vie s’emballe, bizarrement : Montauk recueille Mani, accidentée, et sur un coup de tête, lui propose le mariage pour qu’elle puisse toucher un revenu pendant sa mission irakienne. Corderoy découvre la littérature et le spleen, se perdant dans Joyce et dans la solitude de Boston. L’Irak s’embrase, les attentats rythment le quotidien d’un Montauk soudain dégrisé, quand son ami, par un autre biais, arrive au même choix, celui d’une vie plus ascétique, sans alcool ni amis, une vie dédiée au doute existentiel et à la critique des autres. Et lorsque Montauk revient d’Irak, la révélation de son mariage, certes de convenance, avec l’ex de Corderoy, fait exploser les encyclopédistes. La guerre est désormais totale pour Montauk et Corderoy ; chacun, à Boston comme à Bagdad, cherche le sens de son expérience.

Roman à quatre mains et à deux voix, La Guerre des encyclopédistes se partage entre un jeune officier américain en Irak et son exact contraire dans le Boston universitaire et progressiste. Depuis Plutarque, on sait que les vies parallèles sont sources d’inspiration autant que des motifs pédagogiques. Avec La Guerre des Encyclopédistes, c’est une image à partie double de l’Amérique contemporaine qui s’offre au lecteur, une Amérique certes progressiste, mais engagée (malgré elle ?) dans une guerre douteuse, une Amérique qui vient de réélire Georges W. Bush et qui tente de donner un sens à son vote, une Amérique où réalistes et humanitaires se croisent sans forcément se comprendre. Au-delà du seul tableau d’une génération – la ci devant génération Y - partagée entre internet, la guerre, les «grandes causes» et l’ambition universitaire ou sociale, on découvre, en arrière-plan, une autre histoire de l’Amérique, celle d’un pays que sa mission historique a fini par dépasser. Du Boston branché à la zone verte de Bagdad, la jeunesse américaine vit, s’amuse, s’interroge… grandit.

Entre fiction et autofiction, ce roman écrit dans la veine d’un Tom Wolfe – presque un reportage, réaliste et distanciée –, est déjà un plaisir de lecture, grâce aussi à une belle traduction qui respecte les divers registres de langage (du prof de littérature au soldat en goguette). La littérature américaine a décidément cette force d’être pensée comme un récit, de porter une intrigue et d’ambitionner de raconter une histoire, elle n’est pas pur génie égotique, mais revendique un travail d’élaboration, ici autour de deux vies (et de leurs entourages) et d’une page Wikipedia, qui sert de métaphore au roman.

Dans leurs abîmes respectifs, Montauk et Corderoy sont autant de témoins et d’acteurs d’un récit plus grand, «national» sans doute, qui est celui d’une génération en proie au doute, partagée entre hédonisme et idéalisme. Montauk, Corderoy et les autres explorent les mille et une façons de faire/vivre la guerre en Irak, entraînant le lecteur, fasciné, dans une Amérique forcément plus complexe que les stéréotypes qu’elle produit. Au temps des années Trump, un roman magnifique en forme de parabole et d’explication.

Une préfiguration intelligente de l’avenir ? En tous les cas, une lecture indispensable pour les amateurs de littérature américaine et de témoignage, porté par une belle plume.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 21/04/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd