L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 18 décembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Le dernier sommeil
Julien Green   L’Inconnu et autres récits
Fayard 2008 /  16 € - 104.8 ffr. / 178 pages
ISBN : 978-2-213-63595-8
FORMAT : 13,5cm x 21,5cm
Imprimer

Après la sortie en 2006 de ce qui fut le dernier tome de son immense journal intime retraçant les deux dernières années de sa vie, Fayard, qui publie les romans de Julien Green (1900-1998), propose sa toute dernière nouvelle, L’Inconnu, datant de 1998, ainsi que six autres textes écrits entre 1922 et 1946, afin de composer un recueil plus ou moins cohérent.

Déjà 10 ans que l’écrivain américain de langue française disparaissait dans l’indifférence la plus totale à l’âge de 97 ans. Discret de son vivant, ce compagnon de Gide, de Maritain, de Cocteau, n’en était pas moins un écrivain solide et important du siècle passé. Diariste, romancier, dramaturge, essayiste, Green a dressé une œuvre immense par son volume et par sa diversité. Mais s’il fallait cerner le personnage en trois mots, les épithètes «solitaire», «clairvoyant» et «indépendant» lui iraient comme un gant. Il faut lire les pages essentielles de son journal à la veille de la Seconde Guerre mondiale ainsi qu’une série de romans écrits dans les années trente pour tenter de capter ce qu’a voulu signifier Julien Green en cent ans de vie et comprendre par là-même sa position (assez atypique) dans l’univers intellectuel français.

L’Inconnu est à la fois une œuvre qui répond aux obsessions de Green, et un texte qui sent la mort approcher à pas de loup. En effet, si les thèmes chers à l’écrivain demeurent - Univers du rêve et de la réalité / Frivolité et Ascèse / Double Tonalité / Amour et Solitude / Déchirement intérieur et libertinage -, le ton est parfois surprenant de la part d’un vieil homme, et le récit semble indécis, pris au piège de l’inspiration qui vient page après page, sans construction préétablie, sans plan fiable (Green a toujours avoué composer ses romans à l’instinct, à partir d’une vision de départ et sans savoir avant d’écrire la forme que prendrait son récit). S’il n’est pas à revenir sur ce mode de composition romanesque (que Breton, lorsqu’il discuta avec Green alors qu’ils étaient tous deux émigrés aux USA durant la Seconde Guerre mondiale, reprit à son compte en vantant les mérites de l’écriture automatique !), il est dommage de voir ce dernier récit comme la pale copie de ce qu’on a déjà pu lire chez Green, et qui ici manque, non pas d’imagination, mais justement de prise directe avec la fracture réelle du héros.

Vivien est un jeune étudiant libertin de 20 ans, occupé d’avantage à séduire les filles qu’à penser à son avenir. Un homme étrange, Maxime, l’aborde dans la rue, lui expliquant d’une certaine façon qu’il veut observer sa jeunesse, à défaut de la lui prendre. Interloqué, Vivien tente d’échapper à son emprise, tout en étant attiré par cet être mystérieux. De là, sa vie, peu à peu, s’enlise dans les frasques du plaisir et du remord, changeant par là-même sa propre vision de la vie, et le conduisant dans des contrées inconnues mêlant en permanence rêve éveillé, réalité et irréalité. Vivien se dédouble totalement, ignorant en permanence lequel des deux hommes agit. Si la morale est méchante, ce texte écrit par un homme qui a bien vécu se consume un peu dans son propre univers. On comprend vite que ce Maxime n’est que le miroir de ce que vit Vivien, un double, cet inconnu à lui-même qui peine jusqu’à la fin à se réveiller. Green laisse le mystère planer, ne donnant finalement que très peu de clefs.

Les autres nouvelles sont inégales. Certaines, ne faisant que deux pages, invitent également le lecteur à se plonger dans ce que l’on a appelé cette «inquiétante étrangeté» propre à la littérature noire. Mais Green, et c’est sa particularité, se concentre sur l’étrangeté quotidienne, banale, qui prend forme dans une rencontre impromptue, une vision personnelle, ou encore une situation inédite. Ici, une vieille femme délaissée dont on apprend que, plus jeune et dotée d’une réelle beauté, elle refusa de se marier et cela au moment de célébrer son union devant le curé. Là, un intrus mystérieux qui se fait passer pour un notaire, ou encore une amitié curieuse et douloureuse qui se crée entre deux jeunes gens identiques. Les thèmes de Green réapparaissent le temps de cette lecture avec, toujours en toile de fond, la peur de l’autre, objet à la fois de désirs, de convoitise, de doutes mais surtout révélateur des peurs les plus enfouies, de petites lâchetés quotidiennes et de vices profonds. Cet autre (L’Autre est un célèbre roman de Green écrit en 1970.) de qui dépend notre malheur, toujours insaisissable, fuyant, incertain et qui déclenche foudre, passion et renoncement. Cet autre nécessaire à toute histoire.

Green, alors jeune étudiant à l’université de Virginie, est tombé amoureux d’un jeune homme qui ne put lui rendre cet amour. Cet épisode célèbre de sa vie devait déterminer son œuvre à venir. C’est à ce moment-là que lui est apparu la dure réalité d’aimer, confinant l’être dans une solitude redoutée, dans une impossibilité sans cesse renouvelée et une tristesse infinie, tiraillé jusqu’à la chair entre l’amour pur et le désir sordide. Dans son autobiographie, cette phrase introduira en quelque sorte l’expérience traumatisante du jeune Green : «L’amour, je le voyais bien, était un malheur». Avec ce livre qui paraît, la boucle semble être bouclée.


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 18/02/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd