L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 19 novembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Essais littéraires & histoire de la littérature  
 

Cher maître
Yvan Leclerc    Collectif   Lettres à Flaubert
Thierry Marchaisse Editions - Lettres à... 2017 /  16.90 € - 110.7 ffr. / 200 pages
ISBN : 978-2-36280-183-9
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm
Imprimer

On n’écrit pas à Flaubert comme on écrirait à n’importe qui. Confronté à un styliste si exigeant, quasi perfectionniste, la plume doit être à la fois légère et dense, subtile et profonde. Une telle lettre incite à la révélation, à l’abandon, au dévoilement, elle esquisse une intimité qui, seule, permet d’atteindre ce chirurgien des âmes qui, s’identifiait parfois à ses personnages. «Emma Bovary, c’est moi… d’après moi», rappelle, dans une introduction fine et en sympathie le directeur de l’ouvrage, Yvan Leclerc, citant un billet adressé à l’écrivain, avant de faire intervenir, en conclusion, le facteur.

Et donc, chacun se livre et cède un peu de sa profondeur pour avoir le privilège d’écrire au grand écrivain. Fawzia Zouari le fait avec grâce et humour, évoquant sa première rencontre avec Flaubert, et Emma, sous l’angle du marivaudage… Christine Montalbetti voyage avec l’écrivain dans une France flaubertisée, Pierre Bergounioux joue avec le temps et exhume/invente trois lettres que Flaubert lui-même se serait écrite, agréable mise en abyme de la collection même… un peu comme Belinda Cannone qui se mue en une Louise Colet folle d’amour pour son Gustave.

L’humour reste une donnée récurrente, et l’on invente beaucoup de nouveaux correspondants : Sebastian Garcia Barrera, via une improbable Mme Bienvenue, est tout fier de remettre un prix à l’auteur de Madame Bovary, Philippe Dufour imagine qu’un personnage de l’Education sentimentale adresse un billet à l’auteur, Daniel Sangsue évoque avec humour ses frustrations de lecteur érudit pour finir par s’en remettre au spiritisme, Benoît Dufau lit une lettre qui ne lui était pas destinée (elle était pour Maupassant), Jean-Marc Lévy-Leblond esquisse une leçon de maths. Certains se livrent de manière plus sobre, tel Philippe Delerm qui s’interroge sur son bonheur de candidat au CAPES, et sur le bonheur d’Emma, ou encore Posy Simmonds qui évoque à la plume et au pinceau sa découverte de l’œuvre. Le grand écrivain est, il est vrai, lu en anglais et Michel Winock s’intéresse, en spécialiste de l’histoire du «national», à l’enjeu de la traduction d’une langue si subtile.

Les contributions sont multiples, de l’hommage littéraire et érudit, ou sentimental, au pastiche et à la fantaisie : constatons que Flaubert pousse à la facétie comme au respect, mais toujours avec le soucis, constant, des mots et de la langue : c’est peut-être la vertu d’un maître que, même absent, il impose son exigence de style. Un ouvrage à la fois drôle et érudit, subtil et enthousiaste, pour les amateurs de Flaubert certes, mais plus largement pour tous ceux qui attendent encore du plaisir de la langue et de la littérature, comme une promenade inspirée dans les marges de l’œuvre.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 25/10/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd