L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 17 décembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Classique  
 

La jactance et le jaja à Paname
Robert Giraud   La Petite gamberge
Le Dilettante 2016 /  17 € - 111.35 ffr. / 174 pages
ISBN : 978-2-84263-867-2
FORMAT : 12,0 cm × 18,0 cm

Olivier Bailly (Préfacier)
Imprimer

Robert Giraud (1921-1997), dit Bob, fin connaisseur des zincs, aimait partager le dernier verre avec Pierre Mac Orlan et Robert Doisneau qui a souvent mis des images à ses mots. Il nous revient aujourd’hui avec un roman aux petits oignons, La Petite gamberge, publié en 1961 aux Editions Denoël. Il aime le vin et l’argot, les bistrots et la langue verte, et donne ses lettres de noblesse au vocabulaire des truands, petits et grands qui sont les personnages principaux de ce roman.

Le rade de nos «cinq voleurs de lapin», leur vrai quartier général est «A la bonne treille», chez le grand René. Au fond, une salle leur est réservée et ils s’y retrouvent tous les soirs à partir de huit heures. «La porte s’ouvrait sur le trottoir grimpant de la Montagne Sainte Geneviève, presque en son milieu, point particulièrement stratégique, à la fois pour ceux qui tentaient l’escalade et qui trouvaient là un havre pour souffler et par ceux qui descendaient trop heureux en cours d’expédition de pouvoir traîner les pieds sur un carrelage horizontal» (p.22).

Dans la salle sombre trônent les troisièmes couteaux du milieu mais ce sont des héros pour leur quartier, des puits de science pour le petit peuple : le Manchot, Pierrot la Tenaille à la façon particulière de serrer la main, la Douleur dont les yeux pleurent sans arrêt, Bouboule, aussi large que haut, le Cerveau, le maître à penser en bout de table, et Roger, l’ancien des bataillons d’AF.

Ils ont une organisation bien rodée pour vider les meubles et l’argenterie des maisons du bord de Seine, à l’abri des regards indiscrets. Quand Robert se fait coffrer, c’est la panique chez les messeigneurs-la-pince qui se séparent et s’égaillent dans la nature, d’autant que Pierrot est à la colle avec Pierrette, une jeune chanteuse remarquée au troquet avec un vioque, faux aveugle qui joue du piano à bretelles. La Douleur transporte avec son camion, qui autrefois servait au butin, le matériel des marchés aux puces. Que devient la petite bande ? Y a-t-il un donneur ? Bouboule gamberge sec et croit avoir trouvé la solution...

Ce roman est un éloge de l’errance, des saisonniers, des personnages dépeints avec précision et tendresse. L’auteur les regarde évoluer et échouer lamentablement dans leur entreprise courageuse, mais il ne les juge jamais. C’est une histoire d’aveuglement car tous s’égarent et se perdent dans des conjectures qui leur seront fatales.

Ce récit \'\'vintage\'\' est le reflet de cette période d’après-guerre aux repaires précaires, quand les petites gens se débrouillaient et la truanderie était encore artisanale. Un long poème populaire en prose à la gloire des sans grade, de la racaille à la vie marginale. Un bonheur de lecture, d’une littérature et d’un monde aujourd’hui disparus.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 26/10/2016 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Peuple des berges
       de Robert Giraud
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd