L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 16 décembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Littérature Américaine  
 

Au pays de l’enfance…
Joyce Carol Oates   Paysage perdu
Editions Philippe Rey 2017 /  24 € - 157.2 ffr. / 425 pages
ISBN : 978-2-84876-617-1
FORMAT : 14,5 cm × 22,0 cm

Claude Seban (Traducteur)
Imprimer

. «Au commencement, nous sommes des enfants imaginant des fantômes qui nous effraient. Peu à peu, au cours de nos longues vies, nous devenons nous-mêmes ces fantômes, hantant les paysages perdus de notre enfance». Joyce Carol Oates, née en 1938, revient sur son enfance et s’en explique par une note préliminaire : «rendre compte de la façon dont ma vie (d’écrivain mais pas uniquement) a été modelée dans la petite enfance, l’adolescence et un peu au-delà. Centré sur le «paysage» des premiers temps-essentiels - de notre vie, cet ouvrage l’est aussi sur un véritable paysage rural, dans l’ouest de l’État de New York, au nord de Bufffalo, qui a non seulement abondamment nourri mon œuvre d’écrivain, mais qui est à l’origine même de mon désir d’écrire».

Joyce Carol Oates égraine ses souvenirs en une série de courts chapitres qui sont autant de nouvelles ciselées ; des souvenirs autobiographiques qui sont également universels : souvenirs des maltraitances de camarades plus frustes à l'école, de la malveillance d’une enseignante qui garde indument le recueil de nouvelles que la lycéenne lui avait confié à sa demande pour une simple lecture, souvenirs amusés de la rencontre avec la célébrité et de la séance de photos pour le prestigieux Vogue, à l’occasion du National Book Award reçu en 1970 pour son roman Eux, séance écourtée par une explosion dans un immeuble voisin : peur panique et réussite inattendue du cliché se conjuguent.

Un autre texte plein d’humour, intitulé ''Mystères alimentaires'', sorte de ''Je me souviens'' et commentaire amusé de Joyce Carol Oates après une longue énumération : «Comment avons nous pu manger une nourriture aussi lourde et aussi peu diététique. Avec plaisir dans l’ensemble». Des textes émouvants sur ses parents, jeunes, puis vieillissants, l’un et l’autre morts très âgés, et proches de leur fille. De belles pages sur les êtres aimés, leur souvenir qui perdure à travers les objets, le violon du père, la courtepointe colorée de la mère. Mille-et-un détails de la vie quotidienne d’un monde disparu, l’Amérique rurale des années 1950, qui s’apparente sur nombre de points à l’Europe des mêmes décennies.

Illustré de photos, Paysage perdu fait revivre une famille américaine des années 1940, famille d’origine hongroise pour une part, rurale, protectrice et aimante. L'ouvrage éclaire, en complément du Journal, la naissance d’une romancière ; Carol Oates est l’une des grandes auteures de la littérature américaine contemporaine. Récit d’une enfance heureuse (au rebours des récits habituels sur les enfances traumatisées qui accouchent de grands écrivains…), loin également de nombre de ces romans à l’atmosphère lourde dans des familles écrasantes, Paysage perdu est un texte lumineux dont Joyce Carol Oates dit qu’elle a mis plus de vingt ans à l’écrire.

Une lecture à savourer au fil des pages ou par «sauts et gambades».


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 04/12/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd