L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 20 mai 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Récits  
 

Mal de mère
Geneviève Brisac   Le Chagrin d'aimer
Grasset 2018 /  16 € - 104.8 ffr. / 162 pages
ISBN : 978-2-246-81330-9
FORMAT : 13,0 cm × 20,5 cm
Imprimer

La mère est un personnage récurrent dans les romans de Geneviève Brisac (voir Vie de ma voisine, son roman précédent). Ici, elle veut nous faire connaître la sienne, personnage imporant même si elle a beaucoup de mal à la comprendre.

Elle se laisse difficilement appréhender, rebelle, originale, iconoclaste et surtout inattendue dans ses réactions. Ses trois filles ont parfois honte d’elle, comparée aux autres mères de cette époque. Elles sont gênées par son attitude désinvolte, dans la rue, dans les magasins, son excentricité. Elle fume dans la rue, des Gauloises, disque bleu par cartouches, ce qui lui permet d’aborder les gens en leur demandant du feu. «Melini se fout royalement de ne pas être aimée du peuple laborieux, d’être vouée aux gémonies par des commerçants serviles. (…) Des imbéciles voilà tout, dit-elle du bout des lèvres. Ils n’ont qu’à se révolter». Heureusement, elle a appris la sténodactylographie et son imagination fertile lui permet de raconter des histoires en écrivant pour la radio et la télévision. Elle devient même réalisatrice.

Geneviève est obligée de faire des recherches pour connaître sa famille maternelle, des origines nobles autour du Bosphore : des vies démesurées, peuplées de récits orientaux et mythologiques, des grands-parents exilés et cosmopolites, rêveurs et idéalistes, ignorés par leur fille qui ne partage pas leurs espoirs. En de courts chapitres, l'auteure s’empare de cette relation particulière avec la mère. Elle aime beaucoup ses filles mais d'une façon non conventionnelle, hors des sentiers battus.

L’écriture est vive, précise, nerveuse et sans concession... avec parfois de l’exaspération, de la colère, de l’incompréhension. Dans cette enquête minutieuse reconstituant l’histoire familiale, des rires jaillissent aussi car la figure maternelle est hors format. Tragi-comique, elle est à la fois monstrueuse et désarmante. Geneviève trouve enfin sa place de fille aînée, aimante et aimée par une mère égoïste et imprévisible...


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 05/03/2018 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd