L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 25 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Fantastique & Science-fiction  
 

Inquisitionnons !
Fabien Cerutti   Le Marteau des sorcières - Le Bâtard de Kosigan - Tome 3
Mnémos 2017 /  20 € - 131 ffr. / 336 pages
ISBN : 978-2-35408-585-8
FORMAT : 15,1 cm × 21,0 cm
Imprimer

Depuis quelques temps, la fantasy francophone est traversée par un héros un peu roublard, un peu douteux, aux méthodes pas franchement orthodoxes, mais efficaces : le bâtard de Kosigan est l’un des personnages les plus réjouissants du moment, capitaine d’une troupe de mercenaire au XIVe siècle, impliqué jusqu’au cou dans les complots politiques de son temps, entre les royaumes de France et d’Angleterre, ainsi que le Saint Empire… Et puis d’autres affaires aussi, car dans ce Moyen-âge alternatif, la magie agonise mais survit encore, une magie qui s’incarne dans quelques peuples anciens (elfes, gnomes, etc.), dans des pratiques douteuses et au nom de dieux qui désormais se cachent.

Après deux tomes très réussis, et qui posaient le décor ainsi que les contours de ce monde et du personnage, Fabien Cerutti entre dans le dur, le corps du sujet, la guerre discrète qui agite ce monde en profondeur, celle des anciennes religions et des anciens peuples face au christianisme humain, impérialiste. On est à Cologne, avec, comme d’habitude, une affaire politique délicate – l’élection du futur empereur - où le bâtard joue un rôle ambigu : tout pourrait se passer simplement, mais dans le jeu politique, quelques forces nouvelles viennent s’ingérer. Des sorcières, dont la rumeur dénonce les plans forcément sataniques, l’Inquisition dont les méthodes ne sont guère angéliques, et quelques acteurs moins attendus, druides et anciens peuples, qui luttent pour leur survie.

Le bâtard lui-même n’est pas transparent : les énigmes qui l’entourent, à commencer par celle de sa naissance, semblent l’attirer à Cologne, au risque de compliquer sa mission et de l’entraîner dans une guerre souterraine nettement plus dangereuse qu’une intrigue de cour. Pour tout dire, on sent venir des révélations, non seulement dans ce XIVe siècle plutôt fantastique, mais également au XIXe siècle, celui de son lointain descendant, Kergaël, également impliqué dans une enquête historique et magique, et qui prend progressivement conscience d’un héritage qui le dépasse. Les deux périodes se rejoindront-elles ? Et surtout, le flamboyant Bâtard saura-t-il survivre à tant de forces qui veulent, au mieux, sa perte ?

Déjà bien installé dans le paysage fantastique, le bâtard de Kosigan joue, depuis les deux premiers tomes, sur le dévoilement progressif d’un monde secret, d’un moyen-âge tiraillé entre magie et politique. Ce troisième tome sera donc, pour les fans, celui d’un premier aboutissement : on entre dans le vif du sujet et les vrais protagonistes se font jour. Au-delà des affaires politiques, c’est de magie et de pouvoirs anciens dont on va causer, et le bâtard, tout malin et truand qu’il soit, risque d’avoir face à lui des adversaires aussi roués et habiles que lui. Pour le lecteur, appâté par les deux précédents tomes, leur intrigue efficace et leur style picaresque, ce tome 3 est celui des premières révélations et se lit d’une traite. L’auteur sait joliment faire monter la sauce et, chapitre après chapitre, révélations après révélations, il nous entraîne dans les coulisses de ce XIVe siècle bien plus complexe et tortueux qu’il n’y semblait.

Il y a du souffle, une inspiration partagée entre Jack Vance et Game of Thrones, et un sens de l’intrigue et du récit qui ne faiblit pas. Chaque chapitre déplace l’action d’une époque à une autre, d’un personnage à l’autre, le lecteur se glissant dans chaque personnage à la première personne. Avec une attention toute particulière aux manière de parler, de raconter, Fabien Cerrutti sait parfaitement donner cette impression d’histoire chorale qui, au bout du compte, permet de reconstituer le puzzle d’un passé enfoui. Les amateurs des deux précédents tomes retrouveront non seulement le plaisir de la lecture, mais plus encore celui de comprendre un peu mieux le contexte.

Une suite qui dévoile toute la richesse d’un cycle et d’une imagination nourrie aux meilleurs sources, et un tome 3 qui reste à la hauteur des précédents, prometteur et inspiré.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 06/04/2018 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd