L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 26 juillet 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Policier & suspense  
 

Politique et mafia
Andrea Camilleri   Une voix dans l'ombre
Fleuve noir 2017 /  20 € - 131 ffr. / 248 pages
ISBN : 978-2-265-09876-3
FORMAT : 14,0 cm × 21,0 cm

Serge Quadruppani (Traducteur)
Imprimer

Une nouvelle enquête de Salvo Montalbano - qui a 58 ans au début du roman - est toujours un vrai plaisir ! Andrea Camilleri est né en 1925 en Sicile. Son vingt-quatrième opus avec Montalbano est paru en Italie en 2012. Le titre original, Una voce di notte, parodie une chanson napolitaine. Sergio Quadruppani, qui traduit depuis le début l’aventure, est parvenu à rendre en français la version italienne agrémentée de dialecte sicilien ; le texte est un peu difficile au début puis on s’habitue très vite. En introduction, le brillant traducteur explique les ficelles de son travail. Ce mélange d’italien et de dialecte sicilien a rendu les romans de Camilleri très populaires.

«Mais son humeur vira au noir». Le matin de son anniversaire, Salvo dérape sur un énorme poulpe que lui a offert un pêcheur (il vit à Marinella, au bord de l’eau) et ce poulpe l’attaque férocement dans sa cuisine... Sur la route du commissariat, tout se gâte quand un jeune trentenaire en BMW le dépasse et le traite de «vieux débris» en le menaçant avec une clé anglaise. Le commissaire passe ses nerfs sur le chauffard, Giovanni Strangio, fils du gouverneur de la Province, qui se retrouve menotté au poste où vient d’être signalé un cambriolage dans un supermarché. Pour couronner le tout, la petite amie de Strangio est retrouvée assassinée et le directeur du supermarché se suicide. Derrière deux affaires que rien ne semble relier, les hommes politiques puissants tirent les ficelles et semblent vouloir la peau du commissaire.

Montalbano, avec son équipe habituelle - Mimi, Fazio et Catarella -, va tenter de démêler le vrai du faux pour trouver la solution. La collusion de la presse et de la politique ne lui échappe pas, et Berlusconi n’est pas épargné ! «Ah, bravo Ragonese ! De combien de maîtres était-il le serviteur ? Du député Mongibello et du président de la Province, à la fois ? Ragonese ne faisait que répéter ce qu’on lui avait ordonné de dire. Ils devaient bien le payer».

L’auteur dénonce la corruption et la mafia, tout en accordant un rôle fondamental à l’enquête policière. On aime ce commissaire râleur et sarcastique pour son intelligence, son flair, son humour et son combat désespéré recourant à des feintes pas toujours très orthodoxes au nom de la justice et de la vérité.

Un très bon roman de vacances ! Le dépaysement est garanti !


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 12/07/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd