L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 20 octobre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Rentrée Littéraire 2017  
 

Silence, on tue
Cyril Dion   Imago
Actes Sud - Domaine français 2017 /  19 € - 124.45 ffr. / 208 pages
ISBN : 978-2-330-08174-4
FORMAT : 11,6 cm × 21,8 cm
Imprimer

Khalil et Nadr, deux frères palestiniens, vivent au milieu des ordures à Rafah, ville-frontière avec l’Egypte au sud de la bande de Gaza. Les colons israéliens ont scindé la ville en deux par une frontière de barbelés, craignant les tunnels que les Palestiniens ont construits pour rejoindre l’Egypte et ramener des armes ; elle est bombardée en permanence. La situation est continuellement explosive dans la bande de Gaza. Leur famille a été massacrée et ils errent dans un ancien camp de réfugiés devenu un quartier sale et délabré, quand ils ne sont pas dans la carrosserie de Jalil.

Khalil méprise leur condition de victimes et rêve de vengeance en se rapprochant du Hamas, l'organisation islamiste palestinienne opposée au Fatah, le mouvement au pouvoir, pendant que Nadr essaie de s’exiler et oublier par la méditation et l’admiration de poètes tels que Rûmi et Darwich ; il aimerait cependant connaître le secret de sa naissance.

Pendant ce temps à Paris, Fernando Clerc, qui travaille au FMI, doit résoudre un dossier de subventions pour le Moyen-Orient. Il est sans le savoir le demi-frère de Nadr ; leur mère, Amandine, a aimé un médecin palestinien qui a enlevé Nadr à la maternité pour retourner chez lui. Elle souffre de cette absence et, médecin retraitée, elle aussi, s’est retirée dans la nature, au fond d’une forêt. Fernando hésite sur ce dossier et voudrait bien s’en débarrasser car la situation est trop complexe. Son supérieur lui impose ce dossier et l’envoie en mission au cœur des hostilités pour négocier avec les autorités locales.

«Une nouvelle guerre avait éclaté et fait redoubler les violences entre Israël et les territoires palestiniens (…) Un afflux massif de population avait été repoussé aux frontières de l’Égypte, aux check-points de Gaza et Cisjordanie. La colère grondait et les Islamistes en profitaient pour recruter». Sur place, la haine contre les Israéliens est dans tous les esprits, instillée par les adultes chez les plus petits, impossible à arrêter pour le moment ; combien de générations auront été sacrifiées et martyrisées à cause de cette situation induite par les Occidentaux avec la SDN puis l’ONU ?...

Khalil, enrôlé et instrumentalisé par le Hamas, fuit à Paris pour commettre un attentat et se sacrifier ; pour lui, il n’y a pas d’autre solution. Nadr, persuadé qu’il doit sauver son frère des griffes des Islamistes, part à sa recherche. Il passe en Égypte, débarque à Marseille et grâce à des contacts retrouve sa trace.

Quelle sera la décision de Fernando après son voyage mouvementé et angoissant en Palestine ? Comment deux jeunes frères si différents vont-ils réagir ? Se révolter et porter la guerre en Europe, ou accepter la résilience ? Nadr, Khalil, Fernando et Amandine sont emportés sur des trajectoires qui ne leur appartiennent pas ; ils tentent de s’en libérer et trouver leur propre chemin.

Cyril Dion est cofondateur avec Pierre Rabhi du mouvement «Colibris». Il a écrit ce premier roman avec beaucoup de finesse et d'humanisme ; sous couvert de fiction, il nous ouvre les yeux sur une tragédie particulièrement atroce, que l’on préfère oublier ; il nous interpelle sur les deux attitudes possibles pour les Palestiniens. Le récit se termine par un très beau poème de Mahmoud Darwich.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 11/09/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd