L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 18 décembre 2017
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2017
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Rentrée Littéraire 2017  
 

Le choeur des migrants
Emiliano Monge   Les Terres dévastées
Editions Philippe Rey 2017 /  22 € - 144.1 ffr. / 343 pages
ISBN : 978-2-84876-607-2
FORMAT : 14,7 cm × 22,1 cm

Juliette Barbara (Traducteur)

Imprimer

Emiliano Monge aborde avec Terres Dévastées un sujet difficile d'une manière à la fois lyrique et âpre. Le roman dit tout ce que l'on est prêt à faire pour survivre et recommencer sa vie.

Nous suivons un groupe de migrants hispanophones dans un voyage difficile ; le passage des frontières entre l'Amérique centrale et le Mexique, une fuite pour échapper à leur condition... vers un sort inconnu. Le voyage est dur et terrifiant, sans foi ni loi. Le long du chemin, ces individus risquent de perdre tout espoir et, peut-être, la vie. Les animaux sauvages et l'enfer de la jungle ne sont pas les seules menaces. Parfois, les migrants mêmes en viennent à éliminer l'un des leurs pour poursuivre la route.

Cette bande est conduite par un couple infernal, Estela et Epitafio, passeurs à la ''Bonnie and Clyde''. Emiliano Monge nous déroule le quotidien du couple, contrebandiers de personnes traitées comme des choses, anonymes aux vies sans valeur. Ils leurs donnent des identités grimées, noms pour de faux, symboles de leur errance et de leur peine.

L'auteur prête malgré tout une voix à ces vagabonds, comme une élégie grecque construite en patchwork des pensées et témoignages de ces anonymes, et murmurée tout au long du roman, lardant le récit, une complainte collective pour une lutte universelle. Alors que l'histoire avance, cette voix dit la terreur, la faiblesse, mais aussi l’espoir, même au cœur du pire. La solidarité au sein du groupe est la voie vers la survie.

«On n'entendait plus rien. On pensait même
qu'ils allaient nous laisser là pour toujours. Là,
jetés au sol, sur cet acier brûlant, tête
en bas. On est restés comme ça, l'air
commençait à manquer. N'importe quoi
pouvait arriver et nous on attendait»


Emiliano Monge traite magistralement et sans rien cacher une question brûlante d'actualité, nœud et enjeux de polémiques. Le recours à la construction fictionnelle sert l'exposé d'une terrible vérité.


Lucy Burchell
( Mis en ligne le 17/11/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd