L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 24 novembre 2017
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Sade moraliste
Marquis de Sade   Contes libertins
Flammarion - GF 2014 /  7 € - 45.85 ffr. / 346 pages
ISBN : 978-2-08-131399-6
FORMAT : 10,8 cm × 17,8 cm

Stéphanie Genand (Annotateur)
Imprimer

Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814) reste ce grand auteur sulfureux à travers les siècles. Auteur des Infortunes de la vertu (1787), de La Philosophie dans le boudoir (1795) ou encore des Cent Vingt Journées de Sodome (écrit posthume), il compose des textes empreints de cruauté perverse, de scènes d\'orgies érotiques ou encore de tortures physiques. L\'œuvre de cet homme subtil et insoumis n\'en est pas moins philosophique et nimbée de grandeur, qu\'elle soit stylistique ou sémantique.

C\'est le Sade nouvelliste que l\'on découvre ici, lui qui a beaucoup pratiqué le genre. Une dizaine de contes représentatifs du talent de son auteur que l\'on découvre sous un aspect assez méconnu (parce que mal interprété) : le Sade moraliste. L\'écrivain déploie ici toute son armature narrative, puisant dans des tonalités bien plus variées que les sempiternelles variations autour de la pornographie chic ! C\'est pour cela que le titre choisi ici pour ce recueil n\'est pas du tout adapté. Très peu de libertinage au final dans ces 14 nouvelles mais du marivaudage et du tragique.

Un tortionnaire qui séduit une jeune et innocente femme, un roi (ancêtre d\'Ubu) à qui l\'on empêche de coucher avec sa nouvelle femme, une mère trahissant sa fille en lui enlevant son amant, ou encore un homme qui découvre toute la lubricité de sa femme qu\'il croyait pure... Bref, Sade s\'en donne à cœur joie, fouinant du côté du mal, de la cruauté, de la perversion, de la trahison, de l\'immoralité mais tout en axant son discours sur l\'importance de la morale en société. L\'auteur devient ainsi un narrateur moraliste qui s\'amuse du genre de la nouvelle (drame bourgeois, conte pervers, comédie moliéresque, historiette morale, tragédie racinienne, nouvelle érotique, etc.). Le style propre au XVIIIe siècle est bien présent, ou comment décrire la bassesse du comportement humain au moyen d\'un style flamboyant. Le scélérat, héros sadien par excellence, évolue dans un univers de cape, d\'épée, d\'église et de richesses matérielles que la prose du comte Donatien se plait à décrire. S\'il fallait situer littérairement le Sade nouvelliste, on le présenterait entre Racine, Chamfort et Restif de la Bretonne !

Bien que ces contes restent inégaux et de longueurs différentes, l\'univers gothique et obscur de Sade tient l\'ensemble. Sa vision apocalyptique du cerveau dérangé de l\'Homme se confronte au raffinement des plaisirs que l\'on peut soutirer de la Nature. D\'où ici cet éternel combat entre la perversion et l\'amour, la violence et la tendresse, la cruauté et l\'héroïsme, le tout composant un univers sadien certes quelque peu manichéen.


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 31/03/2014 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Infortunes de la vertu
       de Marquis de Sade
  • Voyage à Naples
       de Marquis de Sade
  • Ecrits politiques
       de Marquis de Sade
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd