L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 25 juillet 2017
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Tu l'aimes ou tu la quittes
Nicolas Fargues   Au pays du p'tit
Gallimard - Folio 2017 /  6,60 € - 43.23 ffr. / 212 pages
ISBN : 978-2-07-271438-2
FORMAT : 10,8 cm × 17,8 cm

Première publication en août 2015 (P.O.L)
Imprimer

C'est dans ses apartés délicieusement critiques envers son pays - ou plutôt, ses concitoyens - que le narrateur, Romain Ruyssen, quadra sociologue à l'esprit aiguisé, séduit le plus le lecteur. Il est l'auteur d'un essai assassin sur la France, ce qui lui vaut une tournée entre Moscou et les plateaux de radio parisiens.

La France... Les Français... Jamais contents, prétentieux, jaloux, fiers de leurs petits acquis et des succès passés, l'horloge du ''Progrès'', mot/marque déposés d'un universalisme républicain quelque peu dépassé, bloquée sur les ''Trente Glorieuses'' dont Alain Delon serait l'incarnation - selon Ruyssen, un mauvais acteur dont la belle gueule juvénile fut l'étendard de cette époque de prospérité et modernisation. La France aujourd'hui serait donc comme Alain Delon aujourd'hui, vieux, moche, anachronique et bougon, et victime de l'hallucination collective d'une jeunesse, d'un peps et d'une beauté demeurés intacts. La France : ni plus ni moins qu'un ''vieux con''. Une société bloquée par l'étatisme, les prélèvements fiscaux, sociaux, le souci du lendemain, le quant à soi, le racisme, la peur d'investir, de tenter, croire, essayer... Vulgaire aussi, sans humour, sinon un humour lourdingue et agressif.

Aïe... On a mal à l'Hexagone quand on lit pareille prose qui, ceci dit, a le mérite, contrairement aux péroraisons de nos décadentistes surmédiatisés, de ne pas accompagner le soufflet critique d'humeurs nauséabondes et démagogues. Ruyssen, s'il y va fort, ne rejette pas la faute sur l'un des côtés de l'échiquier politique ou une minorité (juifs, migrants, gays). La connerie française : un crime collectif et unanime... On se dit alors que la douleur, l'inconfort à la lecture, viennent de ce que Ruyssen parle juste. Et l'on se sent coupable, honteux, chétif, d'être un maillon dans cette longue chaîne des petitesses françaises...

Fallait-il que cette vérité soit dite sous la forme du roman ? On regrette parfois que l'auteur n'aille pas plus loin dans l'argumentation et le portrait assassin qu'il nous dessine ; un miroir où il ne fait pas bon se voir... Mais l'essai aurait tourné à l'excès, une logorrhée à la Zemmour peut-être, qui aurait desservi le propos critique. En établissant une distance, un peu de fiction, mettant ses mots dans ceux de ce sociologue de papier, Nicolas Fargue, romancier, rappelons-le, a fait le bon choix.

Plus maladroite à notre avis, la bluette terne et attendue entre notre intellectuel franchouillard et une jeunette mitteleuropéenne venue l'écouter à Moscou. Le personnage en ressort peu sympathique, médiocre lui aussi, homme rabougri par l'âge et son statut. Est-ce français, ça aussi ?...


Thomas Roman
( Mis en ligne le 31/03/2017 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Le Roman de l'été
       de Nicolas Fargues
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd