L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 18 décembre 2017
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

France, terre d’asile
Paola Pigani   Venus d’ailleurs
Liana Levi - Piccolo 2017 /  8,50 € - 55.68 ffr. / 187 pages
ISBN : 978-2-86746-917-6
FORMAT : 12,0 cm × 18,0 cm

Première publication en août 2015 (Liana Levi)
Imprimer

En 1999, Mirko et sa soeur Simona, deux jeunes Albanais du Kosovo, fuient leur pays ravagé par la guerre, horrifiés et traumatisés par les exactions des Serbes sur leur famille. Ils restent quelques mois en Italie puis un passeur diligent les amène en France pour qu'ils aient plus de chances de réussite. Après avoir passé sept mois dans un centre de transit au Chambon/Lignon en Haute Loire, où Simona s'était bien intégrée, ils choisissent de partir à Lyon.

Chacun appréhende sa nouvelle vie différemment. Simona veut oublier et se détacher d'un passé trop lourd. Elle se lance dans une difficile bataille administrative afin qu'ils soient reconnus comme réfugiés politiques ; elle apprend avec avidité le français pour pouvoir se débrouiller en toutes circonstances. Elle aimerait épouser un français et, en attendant, elle travaille dans un magasin de mode discount : son rêve, c'est d'être embauchée à Monoprix.

Mirko travaille pour le bâtiment dans des conditions très dures, il cultive la nostalgie de son pays, de sa famille, pense souvent à son neveu, Marusch, un bébé quand il est parti. Comment peuvent-ils survivre dans le chaos, le père tué d'une balle et la grand-mère brûlée vive, ce qui avait motivé la fuite de Mirko et Simona. Contrairement à Simona, Mirko a laissé un peu de son âme au Kosovo, auprès des siens : «Tous les mots qu'il a appris depuis qu'il est en France sont pris dans le béton : les consignes, les mises en garde, les banches, le mortier, le taf, magnez-vous les gars !, c'est l'heure, on se tire. Les mots du boire et du manger lui sont venus de la rue. Trop peu pour dire la solitude de l'homme qui marche, empli de mélancolie. Son pays est innommable à présent. Il ne peut que lui prêter les traits pâles d'un petit garçon son neveu, Marusch». De plus en plus décidé à retourner au Kosovo, Mirko rencontre un soir Agathe, une jeune peintre un peu sauvage. Agathe s'attache à ce personnage original, ce ténébreux aux traits durs et tristes, qui peint comme elle, même si c'est sur les murs.

Ces deux trajectoires opposées sont déroulées avec une empathie profonde par l'auteure, elle-même fille d'émigrés italiens. Elle explore ce monde méconnu et trop souvent méprisé des gens venus d'ailleurs, pris dans les drames, avec leurs histoires, leurs traumatismes... Les attitudes de Simona et Mirko traduisent les deux possibilités offertes aux migrants : s'intégrer ou rester sur le côté avec nostalgie. Le déracinement est le principal sujet du roman.

De 1999 à 2015... Paola Pigani, avec ce roman délicat, attachant, propose une piqûre de rappel sur l'exil, ses espoirs et ses drames, contre l'ignorance et l'indifférence.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 08/03/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd