L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 24 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Un, deux, trois, swing
Gérard de Cortanze   Zazous
Le Livre de Poche 2018 /  8,40 € - 55.02 ffr. / 672 pages
ISBN : 978-2-253-07373-4
FORMAT : 11,8 cm × 18,5 cm

Première publication en mars 2016 (Albin Michel)
Imprimer

Gérard de Cortanze descend d'une des plus vieilles familles aristocratiques piémontaises ; auteur de romans, de biographies, d'essais sur l'art et la littérature, nombre de ses livres s'appuient sur la réalité historique, essentielle à ses yeux. Longtemps après la saga familiale Les Rois, Zazous se penche sur la France et Paris sous l'Occupation.

Le récit évoque la vie d'adolescents de quinze ans au début de la guerre, devenus adultes à la fin du conflit. Avec l'insouciance qui caractérise la jeunesse, ils forment une petite bande soudée qui se retrouve au café Eva pour écouter du jazz : Josette, Jean et Pierre sont lycéens, Sarah, juive, est coiffeuse, Charlie (Américain avec des faux papiers d'Antillais) est trompettiste, Marie, danseuse et Lucienne, apprentie mannequin. Ils refusent de voir confisquée cette période si importante de leur vie et opposent à la barbarie nazie leur vitalité, leur fureur de vivre malgré tout avec une certaine dose d'inconscience qui leur fait voir tous les nouveaux films, aller au théâtre, et assister aux concerts de musique moderne. «Le zazou refuse l'engagement. A un système manichéen simpliste, il oppose sa dérision ambiguë. (...) Le style pour le zazou compte plus que le contenu et l'esthétique que la morale. Puisque il est impossible dans la France de Pétain sous la botte nazie de vivre pleinement sa vie, autant la jouer, se déguiser, perturber la machine».

Les codes vestimentaires sont précis : pantalons larges, veste à carreaux longue et cintrée, chaussures à semelle large. Pour être à la mode, la lecture de certains romans s'impose : Rebecca de Daphné du Maurier, Autant en emporte le vent... Il faut surtout connaître les chansons de variété, le jazz, Charles Trenet, Django Reinhardt leur idole. Tout est prétexte à des spectacles. Le swing commence en 1938 et s'essouffle à la fin de la guerre. Boris Vian, Saint-Germain des Prés et Sartre leur succèderont, très différents.

Le roman est construit comme une comédie musicale rythmée par les années, de façon légère comme vivent ces ados ; la musique est un moyen de résister dans l'Europe entière, le jazz interdit par les nazis, les concerts se multiplient cependant pour distraire les soldats.

Toute autorité parentale a disparu dans le roman, ces jeunes sont livrés à eux-mêmes, totalement libres et risquant leur vie sans le savoir, en ignorant la peur : le onze novembre 1940, ils portent une croix de Lorraine sous l'arc de triomphe.

Avec ce récit, nous découvrons un pan d'histoire, un fait de société plutôt ignoré qui a marqué la jeunesse de générations aînées. L'écriture n'évite hélas pas les lourdeurs ; ce gros pavé aurait mérité un peu plus de concision.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 12/03/2018 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd