L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 16 décembre 2017
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Mues
Jens Christian Grondahl   Les Portes de fer
Gallimard - Folio 2017 /  8,20 € - 53.71 ffr. / 427 pages
ISBN : 978-2-07-271027-8
FORMAT : 10,8 cm × 17,8 cm

Première publication française en janvier 2016 (Gallimard - Du Monde Entier)

Alain Gnaedig (Traducteur)

Imprimer

Etudiant marxiste, professeur du secondaire divorcé, homme mur entrant dans la soixantaine. Copenhague, Berlin, Rome et les Balkans. Les femmes, les Lettres, enfants, collègues, maîtresses et béguins... Intérieurs scandinaves et piazzette romaines... Un homme en ses trois âges franchit les étapes, ces portes éponymes dont le récit, marqueté, dense, nervuré d'intelligence, dit la masse et la majesté.

Pas d'histoire, des moments, séquences d'une vie qui font sens et dont la juxtaposition dit bien plus que leur simple somme. Toute la maestria de Jens Christian Grøndahl réside dans l'attention aux diffractions de cet itinéraire, nuances d'une même couleur, teintes vêtant le même être et qui, tout en composant son unicité, soulignent aussi un superbe Universel, humain, européen, masculin. Le parcours d'un homme qui avance, se construit, se retouche, suivant un mécanisme comptant aussi sur ''l'indifférence grise du passé''. ''Pour moi, les ans sont comme une lente arrivée vers moi-même''.

Les femmes passent dans un déroulé où chacune compte, l'amour juvénile pour une berlinoise, le mariage et l'enfant, Julie, la relation saine et sans attache avec la collègue du lycée, la réfugiée serbe dont le fils marque sa vie plus qu'il ne l'aurait cru, la soeur autoritaire, la jeune photographe avec qui, le jour de ses soixante ans, le rôle titube dans sa sédimentation : amant, grand-père ou Pygmalion ? Et la mère, morte trop tôt et trop jeune, d'un cancer ne répondant à aucun bon sens, aucune justice.

Jens Christian Grøndahl propose le portrait d'un homme fragile, hésitant, lucide, touchant. Un homme seul, ''galant hérisson'', comme le définit Benedicte, l'amante et collègue. Son histoire est banale, celle d'un intellectuel européen, d'un homme et ses mues. Le portrait aussi d'un continent et de son histoire. Magistralement mis en récit, tressés, symbiotiques. Les Portes de fer, référence aussi aux gorges renfermant le Danube entre Serbie et Roumanie, est un grand roman, superbe fresque humaniste, par l'un de nos plus précieux auteurs européens (par ailleurs superbement traduit).


Thomas Roman
( Mis en ligne le 20/11/2017 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd