L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 26 avril 2017
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Inquiétante étrangeté
Joyce Carol Oates   Hantises - Histoires grotesques
Le Livre de Poche 2007 /  6 € - 39.3 ffr. / 412 pages
ISBN : 2-253-11852-4
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

Traduit de l'anglais (américain) par Claude Seban.

Première publication française en novembre 2005 (Stock).

Imprimer

Née en 1938, tour à tour romancière, nouvelliste, poétesse, dramaturge ou essayiste, Joyce Carol Oates, qui enseigne également à l’université de Princeton, fascine par son étourdissante activité intellectuelle et possède un imposant palmarès – couronnée à de nombreuses reprises et deux fois proposée pour le Prix Nobel de Littérature. Souvent qualifiée de gothique, son œuvre de fiction comporte, en effet, les thèmes que retient le romancier Patrick McGrath pour évoquer ce genre dont il est spécialiste : «l’horreur, la folie, la monstruosité, la mort, la maladie, la terreur, le mal et les bizarreries sexuelles.»

Hantises (paru aux États-Unis en 1994) les exploite tous au fil des seize nouvelles qui composent le recueil. Son titre original, Haunted Tales of the Grotesque est d’ailleurs plus révélateur d’un contenu où l’étrange et le cauchemardesque le disputent à la transgression et à la subversion, illustrant magistralement la définition que Joyce Carol Oates, elle-même, donne du grotesque, à savoir «l’exacte antithèse du ‘bien élev钻.

«Il était une fois commencent les contes. Mais ensuite ils se terminent et bien souvent vous ne savez pas vraiment ce qui s’est passé, ce qui était censé se passer, vous ne savez que ce que l’on vous a raconté, ce que les mots suggèrent.» Ainsi s’exprime Melissa, la narratrice de Hantées qui raconte, bien des années plus tard, le meurtre non élucidé de son amie d’enfance, Mary Lou, trop jolie, trop curieuse aussi… Joyce Carol Oates excelle dans l’art de la suggestion, guidant d’une plume experte l’imagination du lecteur.

Dans Le Modèle, la rencontre d’une jeune fille et d’un inconnu fantomatique qui lui propose de poser pour lui prend les allures d’un thriller et s’achève par un meurtre que l’on peut aisément se représenter. Petite merveille dans le même style, La Prémonition met en scène une vengeance familiale. La veille de Noël, Whitney, inquiète de ne pas avoir de nouvelles de son frère Quinn, un affreux tyran domestique, infidèle de surcroît, se rend chez ce dernier et trouve sa belle-sœur et ses nièces en pleine effervescence. Ni l’«odeur… puissante, humide, aigre-douce, écoeurante», ni l’«assortiment hétérogène d’outils – un marteau à pied-de-biche, des pinces, un couteau de boucher à la pointe cassée…» ne semble interpeller Whitney qui repart un magnifique paquet cadeau dans les bras…

Nectar de peurs malsaines, d’angoisses indéracinables et d’atmosphères empoisonnées, Hantises flirte bien sûr avec le fantastique. Dans Thanksgiving, malicieuse charge contre la société de consommation, un père et sa fille, partis faire les courses dans un supermarché lambda, s’embarquent sans le savoir pour un voyage au bout de l’enfer. Autre élément intéressant de ce cocktail détonant, l’intertextualité qui permet à l’artiste d’utiliser différemment son imagination débridée. Rendant hommage à Henry James et à Edgar Allan Poe, elle propose avec Les Habitants maudits de la maison de Bly et La Chatte blanche une magistrale réécriture de The Turn of the Screw et The black cat, y ajoutant une bonne dose de perversité !

Lauréate du Prix Fémina du roman étranger en décembre 2005 pour son dernier opus, Les Chutes (éditions Philippe Rey), Joyce Carol Oates avoue trouver l’inspiration en passant l’aspirateur. Souhaitons alors seulement que cette immense dame des lettres américaines n’abandonne pas ses tâches domestiques !


Florence Cottin
( Mis en ligne le 12/03/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Délicieuses Pourritures
       de Joyce Carol Oates
  • Racaille blues (vol. 30)
       de Masamori Morita
  • Nulle et Grande Gueule
       de Joyce Carol Oates
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd