L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 29 juin 2017
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Historique  
 

Faux derche chez les derviches
 Rabaté   Ibicus - Livre 4
Vents d'ouest 2001 /  18 € - 117.9 ffr. / 136 pages
ISBN : 2-86967-954-8
Imprimer

Et revoilà Ibicus pour un dernier tour de piste. Siméon Ivanovitch Nevzorof achève à Istanbul sa prodigieuse déchéance sociale. Enfin, Istanbul ou Constantinople, rien n\'est certain dans cette confusion d\'après-guerre, surtout pour un aristocrate russe décidé à se faire passer pour un Turc. Le problème pour lui n\'est que social : il s\'agit de savoir où passent désormais les lignes de clivage qui séparent entre elles les classes, cet entre-deux qui l\'attire irrésistiblement et d\'où il entend bien installer ses nombreux trafics.

C\'est évidemment cet aspect du personnage qu\'Alexis Tolstoï, tout à son désir de flatter le pouvoir soviétique, a particulièrement soigné. Siméon, dans son obsession à recréer une société de classes, est un homme du passé, l\'archétype détestable de l\'anti-homo-sovieticus. Rabaté est lui, bien sûr, attiré par la puissance graphique du personnage, c\'est-à-dire par son inscription morale dans les villes et les foules qu\'il traverse. Et une fois de plus c\'est là que réside la force de l\'adaptation du roman. Il ne s\'agit pas de reconstituer un décor historique pour le rendre plus crédible. On évite de la même façon la restitution de grosses tartines de texte, façon Tardi. La chance et la clairvoyance de Rabaté, c\'est d\'avoir choisi un auteur de second rang : son Tolstoï ne s\'appelle pas Léon, et ça n\'est pas non plus Boulgakov. Il a ainsi toute liberté pour se concentrer sur le personnage, sans s\'encombrer du reste de la littérature. Et, ici, Siméon donne toute sa mesure, en tueur à gage raté, proxénète au grand cœur et, sommet de sa carrière de parasite, organisateur de courses clandestines de cafards. Sous cette invocation évidente du cancrelat, il nous tire sa révérence, et c\'est alors qu\'on se rend compte à quel point un cloporte peut être attachant.


Nicolas Balaresque
( Mis en ligne le 18/02/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd