L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 25 mars 2017
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

Puisque tu pars
Kentarô Ueno   Sans même nous dire au revoir
Dargaud/Kana - Made in 2011 /  12,50 € - 81.88 ffr. / 70 pages
ISBN : 978-2-505-01318-1
FORMAT : 15x21 cm
Imprimer

Kentarô a tout pour être heureux : une épouse qui l’aime, une adorable petite fille, un métier de mangaka qui lui permet de vivre correctement.
Hélas, le malheur s’abat brutalement sur son couple lorsque sa femme Kiho tombe gravement malade. Asthmatique et dépressive, la jeune femme n’est plus capable de gérer la maisonnée. Kentarô fait face à la situation tant bien que mal jusqu’au jour où, de retour d’une longue journée de travail, il découvre Kiho étendue sans connaissance sur le parquet du séjour.

Bouleversant récit autobiographique, Sans même nous dire au revoir aborde avec beaucoup de pudeur la thématique du deuil. Cette variation sur l’absence et la perte d’un être cher laisse libre cours aux sentiments qui habitent le narrateur, livrés parfois de façon crue, comme en témoignent les considérations bassement matérialistes qui rattrapent Kentarô alors même qu’il vient de perdre son épouse.
Cette approche cartésienne, voire sociologique, de la mort semble soulager l’auteur du trop-plein émotionnel qui l’accable. En s’accrochant notamment aux habitudes nipponnes en matière d’inhumation, en décrivant les us et coutumes japonais et les rituels mortuaires, Kentarô Ueno noie son chagrin dans une dimension plus universelle, comme pour se sentir moins seul dans sa souffrance. Ce besoin de rationalisme atténue quelque peu le cauchemar qu’il a traversé, et rend plus supportable la peine qui l’accable depuis des années maintenant. Un livre riche d’enseignements, ardu et bouleversant tout à la fois.


Océane Brunet
( Mis en ligne le 16/11/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd