L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 24 novembre 2017
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

L’eau à la bouche
Yûto Tsukuda   Shun Saeki   Food Wars (tome 1)
Delcourt Editions Tonkam 2014 /  6.99 € - 45.78 ffr. / 205 pages
ISBN : 978-2-7560-6186-3
FORMAT : 11,5x17 cm
Imprimer

Décevant…” est le premier mot de ce manga. C’est Sôma, le héros qui qualifie son expérience culinaire : du calamar grillé dans du beurre de cacahuètes. Ce jeune garçon de 15 ans passe son temps à cuisiner et à défier son père, le chef d’un modeste restaurant de quartier. Sôma qui imaginait perfectionner sa technique et prendre la succession du restaurant, tombe de haut quand son père lui annonce qu’il part 2 ou 3 ans travailler dans des quatre étoiles à l’étranger. Le héros doit continuer sa formation de cuisinier au prestigieux lycée Totsuki. Le test d’entrée lui permet de rencontrer Erina Nakiri, une jeune héritière ambitieuse et arrogante mais qui possède le “palais divin”, c’est-à-dire un sens du goût hyper-développé.

Plus qu’une guerre gastronomique, nous assistons ici à une guerre d’ego. L’arrivée d’Erina est mise en scène de la même façon que celle de Sôma : un mot écrit en gros sur fond noir pour qualifier une dégustation : “Dégoutant…” décrète-t-elle. Elle ajoute pour enfoncer les cuistots : “C’était tellement pitoyable qu’on ne peut même pas en rire !”. Cela fait naturellement écho à la réaction du héros à la toute première page : “C’est drôle, tellement c’est mauvais !”. On comprend que le manga mettra en scène la rivalité de ces deux personnages qui abordent la gastronomie de manière radicalement différente. Sôma ressemble au premier abord à un héros de manga assez typique : jeune garçon en formation dans sa discipline (la cuisine), il a un modèle à dépasser (son père). Cependant, au cours de ce premier tome, on découvre un personnage dont l’arrogance se retourne sans arrêt contre lui. Surtout que ce comportement ne se justifie pas par des origines sociales remarquables, les autres élèves n’hésitent à lui faire remarquer violemment qu’ils ne viennent pas du “même monde”. Au final, c’est un affrontement entre deux visions de la gastronomie : une raffinée réservée à une élite contre une populaire inventive face à une réalité parfois difficile. Le graphisme détaille bien le jus dégoulinant de la viande, mais également les filets de bave des personnages excités par une nourriture chaude et torride. Food Wars ne lésine pas sur les allusions sexuelles et la dégustation d’une pomme de terre peut se changer en une scène d’orgie sur fond de fontaines douteuses. Un aspect qui ne manquera pas de gêner certains lecteurs et d’en faire rire d’autres. La plus belle trouvaille de ce manga est certainement la visualisation du goût du plat par Erina Nagari. Elle décrit ses dégustations d’une manière qui semble parodier le manga Les Gouttes de Dieu : “infâmes, comme un voyage à la campagne qui tournerait au vinaigre à cause d’une attaque de crabes araignées”. Un titre prometteur.


Delphine Ya-Chee-Chan
( Mis en ligne le 02/12/2014 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd