L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 24 mars 2017
  
 
     
Le Livre
Bande dessinée  ->  
Comics
Manga
Historique
Réaliste
Fantastique
Science-fiction
Policier - Thriller
Aventure
Humour
Adaptation
Jeunesse
Les grands classiques
Chroniques - Autobiographie
Revues, essais & documents
Entretiens
Illustrations, graphisme et dessins d’humour
Autre

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Bande dessinée  ->  Manga  
 

De l’inconvénient d’être pubère
Takeshi Obata   C'était nous (vol.1)
Soleil Productions 2006 /  6.95 € - 45.52 ffr. / 150 pages
ISBN : 2-84946-436-8
FORMAT : 12x18,5 cm
Imprimer

Nana fait sa première rentrée au lycée et tente hardiment de se faire de nouvelles copines. Le principal sujet de conversation de ces dernières n’est autre que le séduisant Yano Motoharu, dont toutes raffolent. Toutes, sauf une : Yuri Yamamoto semble bien être la seule à détester le tombeur tête-à-claques…

Cette ritournelle adolescente au romantisme abruti ne touchera qu’un public restreint, lecteur de Girls ! et Star Club. Car c’est un shojo très attendu que nous propose l’auteur, contant les amourettes cul-cul la praline et sans surprise d’une héroïne complètement tarte.
Ces émois poussifs relèvent en effet plus de l’enfantillage que de la passion dévorante, et nous rappellent à quel point on est bête quand on a quinze ans et que, de surcroît, on est amoureux. C’est donc dans un style banal et inélégant que se succèdent des histoires de cœur sans envergure, que Yuuki Obata peine à étoffer. Son personnage principal, bredouillant et indécis, agace plus qu’il ne convainc. Nana la pimbêche se démarque avant tout par sa tachypsychie d’adolescente émoustillée, qui fatigue terriblement et rend la compréhension de ses sentiments difficile. On éprouve ainsi le plus grand mal à suivre le fil de sa pensée, baladeuse et superficielle.
Ce manque de profondeur se retrouve d’ailleurs au travers de la plupart des dialogues –très alambiqués- qui ne veulent rien dire, mais espèrent insuffler un semblant de psychologie à des protagonistes insipides, en particulier par le truchement d’un leurre stylistique bien médiocre. Ou quand le néant devient une forme de réflexion philosophique …


Océane Brunet
( Mis en ligne le 06/06/2006 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd