L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 29 avril 2017
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Poches  
 
Les Valets de chambre de Louis XIV
Dossier LE SOLEIL ET SES RAYONS
Dossier LE SOLEIL ET SES RAYONS
Le Chancelier Séguier (1588-1672)
La Santé de Louis XIV
Louis XIV
Les Oisivetés de Monsieur Vauban
Fontenelle et l'invention de l'histoire des sciences à l'aube des Lumières
Politique, guerre et fortification au Grand Siècle
Monsieur de Saint-Simon
Louis XIV
Vauban
Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV
Vauban
Sauver le Grand Siècle ?
L'Intendance de Lorraine et Barrois à la fin du XVIIe siècle
Richelieu
La Maison médicale du Roi - XVIe-XVIIIe siècles
Le Versailles de Louis XIV
Le Roi, la cour et Versailles
Le Versailles de Louis XIV - Un palais pour la sculpture
André Le Nôtre
Louis XIV - Homme et roi
Le Roi-Soleil et Dieu
Alexandre Bontemps
Chamlay - Le stratège secret du Louis XIV
Louis XIV et vingt millions de Français
Colbert - La vertu usurpée
Régner et gouverner - Louis XIV et ses ministres
Louis XIV - L'Homme et le roi
Le Discours de vérité dans les Mémoires du duc de Saint-Simon
L'Année des quatre dauphins
Le Grand règne
L'Impôt du sang
Les Demeures du soleil
Richelieu
Colbert
Tourville
Une singulière famille
Le comte d'Argenson (1696-1764)
Stanislas Ier
Turgot
Mazarin
Colbert, marquis de Seignelay
la Monarchie entre Renaissance et Révolution
Le roi Stanislas
Colbert ou le serpent venimeux
Souvenirs du marquis de Valfons
Le Règne de Louis XIV (2 vol.)
Le Courrier du Roi en Orient
Crown, Church and Episcopate under Louis XIV
Splendeurs et misères du XVIIe siècle
Louis XIV à la conquête des Pays-Bas espagnols
Carlo Vigarani, intendant des plaisirs de Louis XIV
Les Daliès de Montauban
Mémoires de Monsieur de Gourville
Michel Chamillart
Richelieu
Les Fastes de la renommée
Les Valets de chambre de Louis XIV
Etre femme au temps de Louis XIV
Chronique de la Fronde
Le Despotisme éclairé

Dans les coulisses de Versailles
Mathieu Da Vinha  
Perrin - Tempus 2009 /  12 € - 78.6 ffr. / 668 pages
ISBN : 978-2-262-03044-5
FORMAT : 11cm x 18cm

Première publication en septembre 2004 (Perrin)

L'auteur du compte rendu : Archiviste-paléographe, docteur de l'université de Paris-I-Sorbonne, Thierry Sarmant est conservateur en chef du patrimoine au Service historique de l'armée de Terre. Il prépare, sous la direction du professeur Daniel Roche, une habilitation à diriger des recherches consacrée à "Louis XIV et ses ministres, 1661-1715". Il a publié une vingtaine d'articles sur l'histoire politique et culturelle de la France moderne et contemporaine et six ouvrages dont Les Demeures du Soleil : Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du roi (2003)et La Roumanie dans la Grande Guerre et l'effondrement de l'armée russe (1999).

Imprimer

De tout temps, l’entourage des princes est un objet de fantasme. Les grands, les ministres, les généraux, les notabilités gouvernementales et administratives, bref l’appareil extérieur de l’Etat, jouissent du prestige attaché au pouvoir. Mais le cercle intérieur, combien plus secret, où figurent les favoris, les familiers, les maîtresses et les domestiques, excite bien davantage la curiosité ou la malveillance. Sous les Bourbons comme sous les présidents de la Ve République, il ne cesse d’engendrer une abondante littérature, que les historiens prennent parfois trop facilement pour argent comptant.

Le livre de Mathieu Da Vinha rompt avec cette tradition de romanesque facile. Étudiant l’entourage domestique de Louis XIV, il n’oublie pas que les Nyert, les Blouin et les Bontemps ont survécu dans le légendaire de l’histoire de France, comme tant de leurs contemporains, grâce aux Mémoires de Saint-Simon, mais il confronte le récit du petit duc aux écrits de témoins moins partiaux et aux documents épars dans les archives de Paris et de Versailles.

De cette mise en perspective, il ressort que les valets de chambre du roi-soleil ne furent pas aussi puissants que le célèbre mémorialiste, qui a beaucoup glosé sur leur rôle d’espions privés du monarque, aimait à le répéter. Leur magistère était d’influence, et cette influence était limitée par celles d’autres familiers comme par la forte personnalité de Louis XIV, toujours maître de lui, dans son intérieur comme à la tête de l’Etat. Dans la hiérarchie sociale de l’Ancien Régime, la position des valets de chambre était ambiguë : le service personnel du roi les rapprochait du sommet de l’édifice, tandis que leurs fonctions les rattachait à la condition servile. Généralement issues de la moyenne bourgeoisie, les familles des premiers valets de chambre s’intégraient en deux ou trois générations à la noblesse de robe. La fortune leur venait avant la considération.

Le vrai pouvoir des principaux d’entre eux tint du cumul de charges et de missions officielles ou officieuses que le roi réunit sur leur tête : ainsi Alexandre Bontemps, premier valet de chambre du roi et intendant de Versailles et de Marly, ou son fils Louis-Alexandre, capitaine de la Varenne du Louvre et gouverneur des Tuileries. Ce cumul n’est pas indifférent. Autant que de la faveur des valets, il témoigne de la volonté de Louis XIV de conserver sur son environnement immédiat un contrôle direct. Les détails de la vie quotidienne que rapporte Mathieu Da Vinha révèlent que la sécurité du monarque est une véritable obsession : il y a là une contradiction entre l’idéologie affichée du régime, qui fait de l’accessibilité du prince un des grands traits qui distinguent la monarchie française du despotisme, et ses pratiques effectives, marquées par les mauvais souvenirs des régicides et des guerres civiles.

Avec Les Valets de chambre de Louis XIV s’ouvre une enquête prometteuse sur l’ancienne société de cour, aussi loin des légendes dorées que des légendes noires.


Thierry Sarmant
( Mis en ligne le 21/07/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd