L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 21 septembre 2017
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Antiquité & préhistoire  
 

Un savant dans l’entourage du roi Hérode
Nicolas de Damas   Nicolas de Damas - Histoires, recueil de coutumes, vie d'Auguste, autobiographie
Les Belles Lettres - Fragments 2011 /  45 € - 294.75 ffr. / 374 pages
ISBN : 978-2-251-74211-3
FORMAT : 13,5cm x 21cm

Edith Parmentier (Traducteur)
Francesca Prometea Barone (Traducteur)

L'auteur du compte rendu : Sébastien Dalmon, diplômé de l’I.E.P. de Toulouse, est titulaire d’une maîtrise en histoire ancienne et d’un DEA de Sciences des Religions (EPHE). Ancien élève de l’Institut Régional d’Administration de Bastia et ancien professeur d’histoire-géographie, il est actuellement conservateur à la Bibliothèque Interuniversitaire Cujas à Paris. Il est engagé dans un travail de thèse en histoire sur les cultes et représentations des Nymphes en Grèce ancienne.

Imprimer

Edith Parmentier, maître de conférences en histoire grecque à l’Université d’Angers, et Francesca Prometea Barone, docteur en philologie grecque et latine de l’Université de Palerme, éditent dans la collection \'\'Fragments\'\' des Belles Lettres les textes d’un auteur peu connu, Nicolas de Damas, philosophe et historien né en 64 av. J.-C. dans une famille de notables hellénisés damascènes.

Il a reçu une excellente éducation conforme aux règles de la paideia grecque, combinant étude des textes, rhétorique, musique, sciences et philosophie. Il est d’abord connu dans l’Antiquité comme philosophe péripatéticien, auteur de divers traités et d’un Commentaire d’Aristote. Cette notoriété lui valut de devenir le précepteur des enfants d’Antoine et Cléopâtre, à savoir les jumeaux Alexandre Hélios et Cléopâtre Séléné. Il demeura dans l’entourage d’Auguste jusqu’à sa rencontre avec le roi Hérode lors d’un voyage en Syrie ; il se mit ensuite au service de ce dernier, et devint le précepteur de ses fils Alexandre et Aristobule. Pendant les dix dernières années du règne d’Hérode (de 14 à 4 av. J.-C.), il fut son secrétaire, son ambassadeur et son confident, jouant notamment un rôle de médiateur avec Rome. Sa dernière intervention dans les affaires de la cour de Judée fut sa participation à l’ambassade qui se rendit à Rome pour y recevoir d’Auguste la répartition des pouvoirs entre les trois héritiers survivants d’Hérode – Archélaos, Antipas et Philippe. La suite de sa vie et la date de sa mort sont inconnues, mais il s’est peut-être retiré à Rome après la mort d’Hérode.

Nicolas de Damas était connu avant tout dans l’Antiquité comme un philosophe, dont on a conservé les traductions d’un traité Sur les plantes et d’un volumineux Commentaire d’Aristote. Mais l’ouvrage des Belles Lettres ne présente que son œuvre historique, la seule conservée dans la tradition grecque, uniquement sous la forme d’importants fragments. Elle comporte des Histoires, une Vie d’Auguste et un recueil ethnographique intitulé Recueil de coutumes, ainsi qu’une Autobiographie.

Les Histoires représentaient une œuvre considérable de 144 livres, mais seuls 102 fragments sont conservés. Elles commençaient avec les grands empires orientaux d’Assyrie et de Médie, puis présentaient la Grèce mythique jusqu’à la guerre de Troie. La Lydie et la Syrie légendaires étaient ensuite évoquées, puis l’histoire du Péloponnèse, des Cyclades, de Lesbos et du Pont. Étaient ensuite présentées l’histoire de la Lydie et de la Grèce archaïque, sans oublier un fragment sur le Déluge. Il ne subsiste malheureusement rien de la période classique. Les passages sur Rome sont ressuscités par des citations d’Athénée évoquant Mithridate, Sylla, Lucullus, Crassus et César. L’œuvre se poursuivait avec le principat d’Auguste et la période hérodienne, pour lesquels nous disposons de citations de Flavius Josèphe, Plutarque et Strabon. Dans cette compilation hétérogène, on note un goût certain de l’auteur pour les thèmes de la dépravation sexuelle et du complot politique.

Les Recueils de coutumes ne subsistent que sous la forme de citations éparses dans l’œuvre de Stobée, un auteur du Ve siècle ap. J.-C. Leur structure est d’autant plus difficile à reconstituer que les fragments se présentent par bribes. Cependant, si l’on ne connaît pas le plan du recueil, il est légitime de penser que Nicolas a voulu constituer une sorte d’encyclopédie ethnographique suivant probablement l’ordre géographique ordinaire, qui faisait le tour de la Méditerranée d’ouest en est et du nord au sud, des Ibères et des Celtes aux Éthiopiens et aux peuples de l’Inde, en passant par les peuples italiques, les Grecs et les peuples d’Asie Mineure.

La Vie d’Auguste n’a été conservée que partiellement elle aussi. Les fragments qui en subsistent couvrent la période qui va de l’adolescence d’Octave jusqu’à novembre 44, le tiers du récit étant consacré à l’assassinat de César. Le ton en est particulièrement élogieux à l’égard d’Auguste, auquel l’auteur attribue un système de valeurs conforme à l’éthique péripatéticienne.

Autobiographie attribuée à Nicolas de Damas aborde trois domaines de sa vie : d’abord, assez brièvement, son contexte familial et son éducation à Damas ; ensuite, de façon plus développée, son activité politique et diplomatique à la cour d’Hérode ; enfin, sa conception de l’existence conformément aux principes de l’éthique péripatéticienne. Bien que rédigée à la troisième personne, c’est la première autobiographie de langue grecque qui ait été conservée. Mais il n’est pas impossible que l’ouvrage soit dû à un admirateur passionné plutôt qu’à Nicolas lui-même.

Un longue introduction de soixante pages permet de replacer Nicolas de Damas dans son contexte, abordant tour à tour des éléments biographiques, une présentation de ses œuvres, sa démarche d’historien, la transmission du texte et les éditions modernes. Il faut saluer la parution du présent volume, qui constitue la première édition et traduction française de l’ensemble de l’œuvre historique de Nicolas de Damas. Pour chacun des 143 fragments présentés en version bilingue grec-français, sont proposées des notes de commentaire philologiques et historiques. Les éditrices suivent le texte de Jacoby dans les Fragmente der griechischen Historiker (Berlin, 1926). La copieuse bibliographie et les index des noms de personnes, de lieux et de peuples fournissent des outils précieux, tandis qu’un tableau permet de s’y retrouver dans la généalogie d’Hérode et de ses enfants.


Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 25/10/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd