L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 27 avril 2017
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Moderne  
 
Carlo Vigarani, intendant des plaisirs de Louis XIV
Dossier LE SOLEIL ET SES RAYONS
Dossier LE SOLEIL ET SES RAYONS
Le Chancelier Séguier (1588-1672)
La Santé de Louis XIV
Louis XIV
Les Oisivetés de Monsieur Vauban
Fontenelle et l'invention de l'histoire des sciences à l'aube des Lumières
Politique, guerre et fortification au Grand Siècle
Monsieur de Saint-Simon
Louis XIV
Vauban
Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV
Vauban
Sauver le Grand Siècle ?
L'Intendance de Lorraine et Barrois à la fin du XVIIe siècle
Richelieu
La Maison médicale du Roi - XVIe-XVIIIe siècles
Le Versailles de Louis XIV
Le Roi, la cour et Versailles
Le Versailles de Louis XIV - Un palais pour la sculpture
André Le Nôtre
Louis XIV - Homme et roi
Le Roi-Soleil et Dieu
Alexandre Bontemps
Chamlay - Le stratège secret du Louis XIV
Louis XIV et vingt millions de Français
Colbert - La vertu usurpée
Régner et gouverner - Louis XIV et ses ministres
Louis XIV - L'Homme et le roi
Le Discours de vérité dans les Mémoires du duc de Saint-Simon
L'Année des quatre dauphins
Le Grand règne
L'Impôt du sang
Les Demeures du soleil
Richelieu
Colbert
Tourville
Une singulière famille
Le comte d'Argenson (1696-1764)
Stanislas Ier
Turgot
Mazarin
Colbert, marquis de Seignelay
la Monarchie entre Renaissance et Révolution
Le roi Stanislas
Colbert ou le serpent venimeux
Souvenirs du marquis de Valfons
Le Règne de Louis XIV (2 vol.)
Le Courrier du Roi en Orient
Crown, Church and Episcopate under Louis XIV
Splendeurs et misères du XVIIe siècle
Louis XIV à la conquête des Pays-Bas espagnols
Carlo Vigarani, intendant des plaisirs de Louis XIV
Les Daliès de Montauban
Mémoires de Monsieur de Gourville
Michel Chamillart
Richelieu
Les Fastes de la renommée
Les Valets de chambre de Louis XIV
Etre femme au temps de Louis XIV
Chronique de la Fronde
Le Despotisme éclairé

Les brillants plaisirs du Soleil
Jérôme de La Gorce  
Perrin - Les métiers de Versailles 2005 /  20.50 € - 134.28 ffr. / 273 pages
ISBN : 2-262-02334-4
FORMAT : 17x22 cm

L'auteur du compte rendu : Rémi Mathis est élève à l'Ecole Nationale des Chartes. Il prépare une thèse sur Simon Arnauld de Pomponne sous la direction d'Olivier Poncet (ENC) et Lucien Bély (Paris IV).
Imprimer

Je veux parler de l’opéra […] Bien des gens ont pensé à vous et à moi. Je ne vous l’ai point dit parce qu’on me faisait Cérès et vous Proserpine ; tout aussitôt voila M. de Grignan Pluton et j’ai eu peur qu’il ne me fit réponde vingt mille fois par son chœur de musique :
Une mère Vaut-elle un époux ?»


Ainsi apparaît l’opéra Proserpine (1680) chez Mme de Sévigné : les spectacles sont vus, commentés, discutés, ils sont sujets à plaisanteries et à identifications. Ils sont au centre de la vie de cours. Pourtant, si les peintres, les architectes ou les compositeurs de Versailles sont souvent bien connus du grand public, il est un type d’artiste qui ne jouit pas de la même renommée : précisément ceux qui ont contribué à l’organisation des fêtes données par le roi et à la création de leurs éléments de décoration éphémères. C’est cet oubli que vient combler cet ouvrage consacré à Carlo Vigarani. Il s’agit avant tout d’un livre destiné à un large public qui saura s’émerveiller devant les fastes du Roi Soleil mais l’historien et l’historien de l’art y apprendront beaucoup.

Ce volume s’insère dans une collection dirigée par Béatrix Saule, conservatrice en chef au château de Versailles, qui doit étudier la vie quotidienne du palais en présentant les divers métiers qui permettaient à la cour de fonctionner. Il s’agit de nous faire découvrir les coulisses de Versailles. On comprend donc que cet ouvrage n’est pas tant une biographie de Vigarani qu’une étude de son activité d’architecte, d’ingénieur, de décorateur, d’organisateur des fêtes et des plaisirs de la cour du Roi Soleil.

Carlo Vigarani est né en 1637 à Modène. Son père, Gaspare, était surintendant des bâtiments du duc souverain de cette ville. Architecte et créateur de machines, il initie ses fils à ces arts et emmène avec lui le jeune Carlo en France en 1659. Il a alors l’occasion de collaborer à la construction d’un théâtre aux Tuileries, supervisée par Mazarin, et aux décors d’un premier spectacle créé pour la cour, l’Ercole Amante. On confie à Carlo l’organisation du petit opéra, Xerse; il acquiert ainsi peu à peu la confiance du cardinal et du roi : il ne fera plus que de courts séjours à Modène, d’autant plus qu’il est nommé en 1662 «ingénieur du roi». Se succèdent alors de nombreux spectacles, Le Ballet des Arts, Le Mariage forcé ou Les Amours déguisés qui mêlent danse, musique et machines. Mais sa renommée provient surtout de l’organisation des Plaisirs de l’île enchantée, la plus célèbre fête donnée par Louis XIV, à Versailles, connue dans toute l’Europe par les estampes qui en sont tirées.

Son activité ne se réduit pas à cela: il crée notamment les décors des principales pièces de Molière et poursuit son activité d’architecte en concourant face à Perrault ou Le Vau pour les agrandissements du château de Versailles ; son champ d’activité s’élargit même encore quand Lully lui propose une association à la tête de l’Académie royale de musique. Vigarani est devenu un personnage incontournable de la cour, Louis XIV lui accorde des lettres de naturalité et les Théatins lui passent commande d’un décor pour leur église. Cependant, bien que marié à une jeune Française d’une famille de robe apparentée aux Bouthillier et devenu seigneur de Saint-Ouen, près d’Amboise, l’architecte connaît un échec avec la salle des ballets de Versailles, qui ne verra jamais le jour, et le décorateur est peu à peu évincé. Vigarani se retire à partir de 1690 pour mourir en 1713.

Malheureusement, le style de l’auteur et sa manière de mener son récit sont contestables. Sous prétexte de rendre l’ouvrage plus vivant, des petits faits psychologisants censés «faire vrai» sont mêlés en assez grand nombre au discours de l’historien (On apprend ainsi que quand Louis XIV félicita Vigarani, «ce compliment fit rougir le jeune Carlo» - p.32). Ces remarques deviennent vite exaspérantes et n’apportent rien au récit. Surtout, on peut reprocher à ce volume de se montrer trop narratif et, partant, de ne pas répondre aux questions que le lecteur peut se poser. Le livre ne prend pas toujours assez de recul par rapport aux faits et tombe parfois dans un catalogue de descriptions des différentes fêtes organisées par Vigarani. On aurait aimé au contraire que l’auteur fasse revivre le monde qui grouillait autour de ces fêtes, qu’il analyse les processus de création, le rôle de la fête à Versailles, les rapports entre ingénieurs et artistes, le statut d’un tel homme dans la société de cour.

Mais ne perdons toutefois pas de vue que ce livre est l’œuvre d’un historien de l’art et que son propos est avant tout de présenter l’œuvre de Vigarani. Dans cette optique, le travail effectué par Jérôme de La Gorce est intéressant et fouillé. L’auteur a consulté de nombreux documents d’archives non encore utilisés ou peu connus afin de retrouver les décors ou les plans de l’architecte. Une liste exhaustive des dessins et plans de Vigarani est d’ailleurs donnée en annexe, elle complète utilement le volume.

Ces annexes sont pourtant de qualités inégales. On sait gré aux éditeurs de nous fournir un cahier de photographies en couleur permettant au lecteur d’apprécier par lui-même les talents de décorateur de Vigarani ; les plans des théâtres dont il est fait mention dans le corps du texte sont d’une grande aide. On regrettera en revanche l’absence d’index et le renvoi des notes, trop peu nombreuses, en fin de volume.

Malgré ces quelques défauts, tout lecteur se réjouira de découvrir celui qui participa à la construction de la légende de Versailles, le collaborateur de Molière et de Lully : le curieux sera intéressé par le rendu fidèle des soirées du grand roi, l’étudiant en histoire ou en histoire de l’art apprendra bien des détails sur la vie de ce personnage trop oublié. L’ouvrage, s’il n’est pas assez abouti, a le mérite de poser de solides jalons en attendant un approfondissement des connaissances sur Gaspare et Carlo Vigarani lors d’un prochain colloque – tenu à la fois à Versailles et en Italie – qui lui sera consacré au début de l’été.


Rémi Mathis
( Mis en ligne le 27/05/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Versailles ou la figure du roi
       de Gérard Sabatier
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd