L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 20 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

Déchristianisation et résistances
Gérard Cholvy   Christianisme et société en France au XIXe siècle - 1790-1914
Seuil - Points histoire 2001 /  6,52 € - 42.71 ffr. / 197 pages
ISBN : 2.02.049592.9
Imprimer

Gérard Cholvy , professeur à l’université Paul-Valéry (Montpellier-III), est l’un des grands spécialistes français d’histoire religieuse contemporaine. Parmi ses ouvrages les plus récents, citons son Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (Cerf, 1999). Sous le titre Christianisme et société en France au XIXe siècle, les éditions du Seuil rééditent Etre chrétien en France au XIXe siècle, paru en 1997 dans la collection « Etre chrétien en France » dirigée par François Lebrun.

L’ouvrage est passionnant. Par des mises en perspectives originales, l’auteur nous introduit à une histoire sociale et culturelle mal connue. Les premiers chapitres sont assez classiques, faisant le détour par les événements moteurs des grands problèmes religieux du XIXe siècle - la Constitution civile du Clergé, la mise en place du système concordataire napoléonien, etc. Une fois effectuée cette mise au point, plusieurs études déclinent le problème de la question religieuse selon des points de vues exotiques et donc très stimulants. Le lecteur apprendra le rôle important joué par les femmes - religieuses et laïques - dans le maintien de cadres religieux tant moraux qu’institutionnels. Citons l’exemple de Joséphine Maillot, grand-mère du futur général de Gaulle et auteur d’une littérature moralisante destinée à l’éducation des enfants et jeunes gens. Cette résistance féminine à la déchristianisation est aussi un moyen d’émancipation pour celles que le Code civil tient en tutelle.
On ne sera pas étonné de trouver sous la plume d’un grand spécialiste d’histoire régionale languedocienne et héraultaise un chapitre consacré à l’entretien de la foi dans les milieux paysans, via les patois notamment. Gérard Cholvy cite le prêtre rouergat Justin Bessou, chantre de l’âme paysanne et défenseur des traditions provinciales. Pour ce dernier, auteur d’un D’al brès a la Toumbo (1893), « foi, patois et paysans sont trois qui ne font qu’un ». En effet, au XIXe siècle, loin des cercles intellectuels parisiens, de Rome et de la chambre des députés, c’est au village, dans un France essentiellement rurale, que la religion poursuit encore son rythme ancestral. Cependant, les milieux bourgeois, aristocratiques et intellectuels ne sont pas négligés, pas plus que le monde ouvrier alors naissant et support d’une déchristianisation qui inquiète. Retenons l’itinéraire particulier de Lamennais qui, d’intransigeant ultramontain, devient le chantre de la liberté et de la démocratie, une fois consommée la rupture avec les légitimistes et Rome (encycliques Mirari Vos en 1932 et Singulari Nos en 1834). La figure de Frédéric Ozanam, fondateur des conférences Saint-Vincent-de-Paul en 1833 apparaît comme l’une des plus importantes de ce XIXe siècle du retour au religieux.

Gérard Cholvy traite du siècle des classes dangereuses, de l’esprit des Lumières, de la sécularisation et de l’anticléricalisme, pour mieux mettre en avant la résistance à ces phénomènes. Telle semble être la thèse sous-tendant son étude : la France, ébranlée profondément par la Révolution, résiste à l’effondrement annoncé, jusqu\'à la Première Guerre mondiale. La sécularisation apparaît alors comme un phénomène lent, relatif et discontinu. Les réveils religieux sont nombreux. La veille de la Grande Guerre est marquée par l’un d’eux, caractérisé par de retentissantes conversions intellectuelles et la popularité d’ouvrages à teintes traditionalistes sous les plumes des Barrès, Bourget, Bordeaux et Vogüé. Béatifiée en 1909, Jeanne d’Arc suscite alors un élan patriotico-religieux non négligeable.

Entre Lumières et reflux romantique, flux scientiste et reflux spiritualiste, la société française ne se conforme donc pas au cadre linéaire d’une déchristianisation toujours croissante. C’est le grand mérite de cet ouvrage que de nous le montrer.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 19/03/2002 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France
       de Gérard Cholvy
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd