L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 26 juin 2017
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

Une résistance civile multiforme pour sauver les Juifs
Limore Yagil   Chrétiens et Juifs sous Vichy (1940-1944) - Sauvetage et désobéissance civile
Cerf - Histoire 2005 /  59 € - 386.45 ffr. / 765 pages
ISBN : 2-204-07585-X
FORMAT : 14x23 cm

L’auteur du compte rendu : Éric Alary est agrégé d’histoire. Docteur ès Lettres de l’IEP de Paris – thèse sur la ligne de démarcation publiée en 2003 chez Perrin-, il est professeur en classes préparatoires littéraires aux grandes écoles (Poitiers), et chercheur associé au Centre d’Histoire de Sciences-Po Paris.
Imprimer

L’historienne israélienne Limore Yagil a consacré un nouveau livre à la persécution des Juifs de France. Elle s’interroge sur les raisons qui ont permis de sauver des milliers de Juifs de la déportation et de la mort assurée.

L’ouvrage s’organise autour de deux grandes parties : la première, d’une centaine de pages, fait le point sur la question du sauvetage des Juifs en France sous l’occupation ; la seconde est beaucoup plus volumineuse (500 pages) et traite avec minutie de plusieurs régions, sous la forme d’études de cas très bien documentées (en zone non occupée, Rhône-Alpes, Bouches-du-Rhône, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Limousin, Auvergne ; zone occupée ; zone réservée ; zone interdite ; pour ces deux derniers espaces, les études historiques sont encore assez rares). La forme du livre est donc peu habituelle, mais cela ne trouble pas la lecture. Elle permet deux types d\'exploration : la première partie privilégie l’approche problématique ; la seconde permet de glaner nombre d’informations et de sources utiles pour qui habite dans la région étudiée, mais elle offre aussi nombre de conclusions importantes aux historiens qui aiment l’histoire comparative.

L’ouvrage s’ouvre sur une étude à l’échelle nationale où les rouages administratifs sont à nouveau démontés pour comprendre comment et pourquoi les agents de l’Etat ont pu céder facilement ou non aux ordres et aux directives du régime de Vichy, souvent sur l’injonction des Allemands. Ce qui ressort le plus de l’étude initiale, c’est surtout l’action de fonctionnaires en faveur des Juifs, soit en oubliant leur dossier soit en leur fournissant des faux papiers. Certains ont même tout fait pour les cacher. Des fonctionnaires, qui ont été adeptes de cette forme de désobéissance civile, étaient parfois favorables au régime, mais fortement hostiles aux occupants. Par ailleurs, l’historienne observe avec grande précision le rôle joué par les responsables des Eglises chrétiennes, non pas ceux de la hiérarchie, mais ceux des rangs subalternes. Nombre d’autres groupes organisés ont peu contribué à sauver les Juifs persécutés ; elle cite les communistes. En fait, parmi ces derniers, seuls les Juifs ont tenté de résister à la politique d’exclusion de leurs coreligionnaires.

L’historienne n’hésite pas à ouvrir encore les dossiers brûlants de l’histoire de l’antisémitisme en France. Elle pose la question suivante : comment des Français, peu enclins à s’ouvrir aux Juifs, ont-ils sauvé trois quarts d’entre eux ? Les Juifs de France sont ceux qui ont le mieux survécu dans l’Europe occidentale occupée par les nazis. Elle souligne d’entrée ce paradoxe. Avec une foule d’exemples régionaux, Limore Yagil montre fort bien que le sauvetage des Juifs est le plus souvent le fait d’anonymes et non seulement de résistants armés et organisés ou de «Justes». Elle refuse l’idée selon laquelle la France n’aurait été qu’indifférente au sort tragique des Juifs. Elle prouve combien l’acte de désobéissance était avant tout un choix de conscience individuelle. Parfois, certains n’agissent qu’une seule fois et d’autres répètent leur acte de courage au service des Juifs traqués et peuvent même aller jusqu’à utiliser la violence. Mais la désobéissance est en premier lieu dénuée de toute violence. L’étude des motivations est essentielle. L’engagement pouvait être lié aux motivations religieuses, mais ce n’est évidemment pas exclusif. L’auteur insiste sur le rôle des prêtres, des pasteurs, des religieuses et des fidèles dans le sauvetage des Juifs à l’heure où la haute hiérarchie catholique était silencieuse. L’épiscopat a demandé aux fidèles de respecter l’ordre établi donc de se soumettre au régime de Vichy. Pour autant, progressivement, des évêques ont aussi réagi et ont même organisé le sauvetage des Juifs. Les raisons ont varié entre la lassitude et l’écoeurement face aux mesures antisémites croissantes du régime de Vichy. Beaucoup ont pris conscience du drame qui se nouait, mais plus tardivement, à partir de 1942. On le voit très nettement à travers les très nombreux exemples régionaux répertoriés dans l’ouvrage, bâtis à partir de sources neuves, mais aussi à l’appui des études régionales publiées depuis près de trente ans en France et consacrées à 1939-1945.

Au total, le livre de Limore Yagil est un bon observatoire de la variété des situations d’entraides entre juifs et chrétiens en France sous l’occupation, ce qui complète sans redondance la bibliographie déjà bien fournie sur le sujet. On y perçoit bien les divergences politiques, sociales et religieuses entre les différentes régions françaises ; c’est là le point fort du livre, car il permet les allées et venues entre les différentes échelles spatiales. Les exemples régionaux éclairent la situation nationale. Le sauvetage des Juifs offre une géographie singulière que Limore Yagil déchiffre.

Il y a donc plusieurs histoires des rapports entre chrétiens et Juifs et plusieurs regards sur le devoir d’obéissance qui permettent la réflexion du lecteur sous un œil assez neuf. Des centaines d’histoires se chevauchent. Le livre est une bonne mise en garde contre l’uniformisation des analyses de la géographie des situations historiques marquées par le poids des faits, en l’occurrence par l’occupation allemande. Une partie consacrée aux sources, une bibliographie essentielle, deux index (des noms et des lieux) complètent utilement l’ouvrage.


Eric Alary
( Mis en ligne le 07/07/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Vichy, les Juifs et les Justes
       de Jacques Fijalkow , collectif
  • Histoire des Juifs de France
       de Philippe Bourdrel
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd