L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 20 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Période Contemporaine  
 

Cent quarante ans de recherche en Grèce
Catherine Valentin   L'Ecole française d'Athènes
Belin - Histoire de l'éducation 2006 /  24 € - 157.2 ffr. / 221 pages
ISBN : 2-7011-3888-4
FORMAT : 17,0cm x 24,0cm
Imprimer

La collection «Histoire de l’éducation» des éditions Belin s’enrichit d’un nouveau titre : L’Ecole française d’Athènes, version abrégée de la thèse de Catherine Valenti.

Créée en 1846 par une ordonnance signée de la main de Louis Philippe roi des Français, l’Ecole française d’Athènes est la plus ancienne des institutions de recherche françaises à l’étranger, si l’on excepte l’Académie de France à Rome, fondée par Colbert. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, cette «école» n’eut jamais pour fonction première de professer un quelconque enseignement. Aux termes de l’ordonnance de fondation, elle avait pour mission d’accueillir pour quelques années des jeunes gens – les membres -, presque tous normaliens, qui se consacraient à «l’étude de la langue et des antiquités grecques à Athènes». Ce n’est que dans la seconde partie du XIXe siècle qu’émergea la mission archéologique de l’institution, à mesure qu\'elle se constituait en activité autonome à prétention scientifique et en discipline universitaire.

Le cadre chronologique choisi est large puisque Catherine Valenti examine les destinées de l’école de sa naissance jusqu’aux années 1980. Elle analyse avec précision les transformations de l’institution au cours de ces quelques 140 années, les débats qui la traversèrent, les interrogations sur sa mission, son recrutement, sa fonction également, ses relations avec l’administration de tutelle, avec les institutions – Ecole Normale Supérieure ou Université - dont étaient issus ses membres, ainsi que la gestion financière de l’établissement. Elle s’intéresse également de près à la dimension politique de l’institution qui aurait été très tôt un instrument de la diplomatie de rayonnement menée par la France en Méditerranée orientale.

L’ensemble est clair et précis, mais l’ampleur du cadre chronologique adopté nuit sans doute à la qualité de l’ouvrage. En effet, les analyses sont nécessairement rapides et la perspective institutionnelle a été nettement privilégiée, alors qu’un tel sujet aurait mérité des développements précis sur la constitution et le développement des savoirs archéologiques. Il est vrai que l’historien du contemporain ne dispose pas nécessairement du bagage technique et des instruments conceptuels nécessaires pour mener seul de telles analyses. Mais, il n’en demeure pas moins regrettable que les archives de la Commission des Ecoles d’Athènes et de Rome de l’Académie des Inscriptions et Belles n’aient pas été consultées alors qu’elles sont aisément accessibles à Paris aux Archives de l’Institut. De même le dépouillement de sources grecques aurait sans doute permis de nuancer et de contrebalancer les discours administratifs et diplomatiques qui ne font que rarement l’objet d’analyses critiques. Il est en effet toujours surprenant de voir les historiens reprendre à leur compte, sans prendre le temps de les définir et de les critiquer des termes aussi vagues que «l’influence» et le «rayonnement» de la France. Ces notions sont certes fréquentes sous la plume des diplomates mais elles ne sauraient être employées innocemment par les historiens qui devraient plutôt les interroger afin de définir précisément les pratiques qu’elles recouvrent et les représentations qu’elles véhiculent.


Pierre-Yves Morvan
( Mis en ligne le 16/11/2006 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd