L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 23 juin 2017
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Science Politique  
 

''ça ose tout, les politiques…''
Paola de La Baume   Emmanuel Giannesini   Dictionnaire impertinent du politique
Bourin Editeur 2011 /  24 € - 157.2 ffr. / 240 pages
ISBN : 978-2-84941-218-3
FORMAT : 17cm x 20,2cm

L'auteur du compte rendu : Gilles Ferragu est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris X – Nanterre et à l’IEP de Paris.
Imprimer

Des dictionnaires de la politique, il y en a pléthore : dictionnaire historique, dictionnaire thématique, dictionnaire encyclopédique (sic !), dictionnaire des curiosités ou des grands hommes… Mais d’impertinent, point ! Le monde politique serait-il si digne, si respectable et, quant à faire, si majestueux que l’impertinence n’y prenne pas ? On a pu certes, récemment, voir revendiqué un «devoir d’insolence» (ce qui n’est pas tout à fait la même chose, il est vrai) du côté du Quai Conti récemment par Jean-Marie Rouart… mais tout cela restait bien sage. Baste, si les cibles ne manquent hélas pas, c’est parfois l’audace éditoriale, ou la plume agile, qui font défaut : deux travers corrigés avec ce Dictionnaire impertinent du politique (et non «de la»… un peu de distance philosophique ne nuit pas à l’exercice), dû à la plume de Paola de la Baume et d’Emmanuel Giannesini, deux fonctionnaires évoluant «dans de grandes institutions de la République» (dixit la quatrième de couverture : «puisque ces mystères nous dépassent…»). 164 notices courtes, introduites par une petite phrase bien sentie.

164 définitions donc, d’Abracadabra à Mao (Zedong, eh !), en passant par des notions majeures ou d’actualité (droite, gauche, peuple, constitution, développement durable, parité, États-Unis, chef, burqa…), le tout passé au crible d’un humour qui tire tous azimuts, ironique, caustique, loufoque, assassin, sympathique, révolté, désespéré, noir…

On découvre, au passage, que la maçonnerie est un accessoire de drague, le lobbying une déclinaison terrestre de l’enfer, que les USA sont pavés de bonnes intentions, que la mafia est finalement un État sans cause à défendre, que les évadés fiscaux sont traités de manière biblique, que Jésus aurait sans doute été encarté à droite, que les grévistes sont aristotéliciens sans le savoir, que la barbe révèle le rebelle en politique ou encore que James Bond serait altermondialiste s’il n’était pas si réac… Bref, une somme indispensable de réflexions souvent précieuses, sur le mode loufoque avec, en arrière-plan, la question majeure de l’utilité du politique et de la nécessaire défense du bien commun

L’érudition est discrète, mais reconnaissable, même affublée d‘un nez rouge pour l’occasion, et au détour des articles, on croise tout de même Platon, Montesquieu, Burdeau, Hobbes, Machiavel, Weber… Sous le pavé, on trouve un vrai Panthéon de la science politique, avec force explications, raisonnements, synthèses et citations. De l’art subtil d’instruire en faisant rire. Discrètement mais sûrement, les deux auteurs font œuvre d’enseignants et glissent, dans l’humeur, de solides notions sur la société, le citoyen, l\'État, les pouvoirs, le politique et la politique, la démocratie… Il y a donc une vertu philosophico-pédagogique (attribut essentiel de l’exercice) sous-jacente, indissolublement liée au métier de citoyen, exercé ici avec humour et talent. De là à en faire une lecture incontournable pour un cours de sciences politiques, il n’y a qu’un pas.

Ce Dictionnaire impertinent vient nous rappeler que dans l’esprit de nombre d’hommes de pouvoir, la politique, un peu comme la guerre selon Clemenceau, est une chose trop sérieuse pour la laisser aux citoyens… d’où la nécessité, et même la salubrité de ce type d’ouvrages qui, comme le Canard enchaîné dans la presse, nous ramène, par la dérision, aux fondamentaux de l’acte politique et du regard critique. Un dictionnaire à offrir à tous ceux qui doutent de la politique et ne croient pas (encore) au politique.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 08/03/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd