L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 16 décembre 2017
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Historiographie  
 

Deux siècles de gestion du patrimoine
Philippe Poirrier   Loïc Vadelorge    collectif   Pour une histoire des politiques du patrimoine
La Documentation française - Travaux et documents 2003 /  22 € - 144.1 ffr. / 614 pages
ISBN : 2-11-094275-4
FORMAT : 16x24 cm

Philippe Poirrier collabore à Parutions.com.

L'auteur du compte rendu : Ancienne élève de l’École nationale des Chartes et de l’École nationale du Patrimoine, Agnès Callu a soutenu une thèse d’École publiée sous le titre : La Réunion des Musées nationaux, 1870-1940 : genèse et fonctionnement, (Champion-Droz, 1994, prix Louis Lenoir). Elle est conservateur du patrimoine au Centre historique des Archives nationales, maître de conférences à l’IEP de Paris et chargée de cours à l’Université Paris IV – Sorbonne et à l’École nationale des Chartes. Elle poursuit ses recherches sur les politiques culturelles françaises aux XIX-XXe siècles.

Imprimer

Même amputé d’une partie importante - les musées, les bibliothèques, les archives -, ce livre est d’un foisonnement aussi dense que varié puisqu’il résulte de la collaboration d’une équipe fortement motivée dont la sobre identification, donnée en liminaire, dispense de toute énumération globale ou sélective. Adossés à des propositions théoriques sur la modernité du passé, l’héritage collectif et les démêlés de la protection et de la valorisation, se développent, pour l’essentiel, les épisodes d’une histoire de deux siècles : le branle résulte des retombées du vandalisme révolutionnaire ; dans le sillage des premiers antiquaires, intervient le “moment Guizot”, en fait celui de Vitet et de Mérimée ; puis la Troisième République, secouée par la Séparation de l’Église et de l’État, vote, en 1913, la loi instituant le classement mais dont les décrets d’application ne paraissent qu’en 1924-1926 ; l’accélération de l’interventionnisme, en particulier pour les fouilles métropolitaines, s’explique, en 1941-1942, par l’absence du contrôle parlementaire ; la reconstruction qui, déjà après la Grande Guerre, avait constitué une charge budgétaire prolongée pour des édifices symboliques s’étend, à la suite du Second Conflit, à l’urbanisme d’agglomérations entières ; enfin, la Cinquième République voit l’organisation d’un ministère spécifique, taillé aux dimensions d’André Malraux : nous vivons sur les traces des vives impulsions d’alors - songeons, entre autres mesures, aux secteurs sauvegardés -, remodelés toutefois sous l’emprise de la décentralisation, des associations et de la crise du tout culturel.

La question des monuments historiques, à cause de la visible interaction des architectes, des conservateurs, du clergé et des municipalités, domine les décennies et donc les pages de ce volume ; plus récente dans les préoccupations, l’archéologie et surtout, depuis 1962, l’inventaire, ont encore des problématiques contestées, comme le montre une ethnologie coincée entre le folklorisme et l’anthropologie. Cependant la composition de l’ensemble réussit l’alternance entre une histoire administrative généraliste qui s’astreint à aligner d’arides organigrammes assez connus, et les cas d’espèce plus parlants au lecteur. C’est ainsi que s’esquissent des biographies : aux côtés de préfets oubliés, l’immuable Paul Léon ou un Jérôme Carcopino, archéologue et ministre. Le meilleur, toutefois, se trouve dans les exposés monographiques : l’Anjou de 1800 à 1850, les vicissitudes du quartier Saint-Jean à Lyon, l’armée et les antiquités d’Algérie, la restauration de la cathédrale de Reims ; Rouen, Caen, Le Havre, les cités martyres de Normandie ; Le Corbusier et la survie de son œuvre ; la découverte des friches et des usines ; les écomusées de la rurale Bresse et du Creusot - Schneiderville ; l’hétérogénéité de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Rarement polémique, malgré parfois un ton très personnel, cette somme intelligente, par son éventail diachronique, indicateur d’une continuité jusqu’à il y a peu, manifeste que l’âge d’or du patrimoine, accroché à des valeurs qui meurent, est désormais derrière nous. Il faudrait réinventer des références, si l’on veut éviter que ce qu’un grand historien a dénommé “la démocratisation de la culture” ne tourne à l’alliance détestable de la réglementation et du loisir indifférent.


Agnès Callu
( Mis en ligne le 15/03/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les politiques culturelles en France
       de Philippe Poirrier
  • L'art et la gestion de patrimoine
       de Fabien Bouglé
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd