L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 20 août 2017
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  People / Spectacles  
 

Fabrique d’un petit maître
Henri Rabaud   Henri Rabaud - Correspondance et écrits de jeunesse (1889-1907)
Symétrie 2009 /  49 € - 320.95 ffr. / 492 pages
ISBN : 978-2-914373-24-1

Présentés et annotés par Michel Rabaud.

Préface de Benoît Duteurtre.

Imprimer

Si l’excellente musique d’Henri Rabaud (1873-1949) a mal survécu aux outrages du siècle passé, c’est que ses prenantes fonctions de directeur du Conservatoire, de 1920 à 1941, l’ôtèrent trop tôt à son œuvre pour qu’elle ne parût pas, après tant de révolutions, dater des crinolines.

«La langue musicale existe comme la langue française existe», postulait au seuil de sa carrière cet artisan peu pressé d’entrer par effraction dans la postérité. Pour sa malédiction, Rabaud eut la tâche d’administrer la rue de Madrid tout au long de l’an I de l’Occupation, fonction dont il s’acquitta, comme l’a naguère montré Jean Gribenski, avec un zèle maladroit. Si Jean Chantavoine, dans l’étude qu’il lui consacre ici, ne dit pas un mot de cette période, il ne tarit pas d’éloges en revanche sur la ponctualité, le goût du labeur et le «calme souverain» de Rabaud, dont la principale innovation, en vingt ans, aura consisté à promouvoir une politique de récompenses plus rigoureuse. Benoît Duteurtre, dans sa préface, est plus juste en rappelant que ce «conservateur bon teint» n’était pas pour autant un «gardien coincé de la tradition», et que dans le grand tumulte esthétique dont ses vingt ans furent le témoin – le franckisme, le wagnérisme, bientôt le debussysme –, il prit passionnément, facétieusement sa part, sans frayeur mais sans faiblesses.

Car aux tapages, il préféra la patience et le savoir-faire. Tel le savetier du Caire, sujet d’un opéra-comique (Maroûf) qui lui vaudra d’entrer à l’Institut, Rabaud a le culte de l’ouvrage cousu main, qualité française. «Je veux devenir très fort, fort comme Mozart», écrit le jeune homme à son condisciple Max d’Olonne – principal destinataire, avec Daniel Halévy, des lettres réunies dans ce volume de correspondance : voilà qui résume l’ambition d’un élève aussi doué que sérieux, barbu à vingt ans, alors plus soucieux du public populaire que d’une élite qu’il méprise encore. Et qui, tout en reconnaissant sa dette à Saint-Saëns, voix de la raison, ne l’en surnomme pas moins «Camomille» ! Ce gentil rebelle ne va pas toutefois jusqu’à signer pour Dreyfus, car des officiers français ne sauraient s’être rendus coupables de forfaiture.

Si l’on veut savoir comment une jeune homme doué, ouvert aux idées de son temps, devint un petit maître au lieu d’un iconoclaste, on pourra lire ce lourd recueil, reflet foisonnant d’une époque – le tournant du XXe siècle – convaincue d’avoir tout vu, où régnait sur les arts une «fin de l’Histoire» déjà fallacieuse.


Olivier Philipponnat
( Mis en ligne le 18/05/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2017
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd