L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 26 avril 2018
  
 
     
Le Livre
Sciences, écologie & Médecine  ->  
Sciences
Médecine & psychologie
Ecologie & nature

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Sciences, écologie & Médecine  ->  Médecine & psychologie  
 

Viens voir le Docteur
Guy Vallancien   La Santé n'est pas un droit - Manifeste pour une autre médecine
Bourin Editeur - Document 2007 /  19,00 € - 124.45 ffr. / 208 pages
ISBN : 978-2-84941-063-9
FORMAT : 14x21,6 cm
Imprimer

Avec ce titre provocateur, Guy Vallancien, chirurgien de son état, lance une véritable réflexion sur la santé en France et dresse l’état des lieux du système de soins de notre beau pays. L’auteur tente tout d’abord de définir la santé (Qu’est-ce qui est sain ? Où s’arrête le normal ? Où débute le pathologique ?) avant de s’interroger sur le fameux droit à la santé dont nous rabattent les oreilles les médias et les politiques, non sans lancer un pavé dans la mare en dénonçant l’hypocrisie ambiante : «Toutes les incivilités liées au «J’ai droit à» sont insupportables : elles ne masquent, en fait, qu’un minable «Je me sers»».

Guy Vallancien met le doigt dans un second temps sur la difficile position du médecin dans notre société actuelle, mis sous pression de toutes parts pour satisfaire pleinement un patient qui se «clientélise» de plus en plus. Ainsi en va-t-il pour les recommandations sur les bonnes conduites à tenir, qui enferment les patients dans des cases alors que l’on reproche par ailleurs à la médecine contemporaine son manque d’humanité, mais aussi de la mode du principe de précaution désormais inhérent à toute activité humaine, qui entrave la science : «Si notre devoir de chirurgien est d’agir au mieux en nuisant le moins possible, il est aussi de prendre des risques ; et dans cette société précautionneuse à outrance, nous avons de plus en plus de difficultés à développer et à tester des concepts nouveaux porteurs de progrès».

Notons de plus que les médecins voient la sacro-sainte obligation de moyens se muer subrepticement en obligation de résultats. L’auteur se prononce pour le juste milieu qu’est l’obligation de résultats statistiques, notion pertinente qui sauverait la médecine de la dérive consumériste qu’elle connaît actuellement. Difficile quand même de lutter contre cette dernière : Guy Vallancien propose par exemple une industrialisation de la médecine afin de garantir la qualité des soins, idée intelligente qui ne manquera pas de choquer certains corps de métier.

L’auteur ne recule d’ailleurs devant aucune polémique, et soulève sans fausse pudeur les problèmes essentiels. Tout d’abord en attaquant le mal à la racine : les études de médecine sont trop longues (onze ans pour un chirurgien) et le concours de première année absurde (la sélection devrait s’opérer en amont). Ensuite en critiquant avec verve l’aménagement du territoire actuel concernant les structures de santé et en appuyant le nécessaire regroupement des hôpitaux publics ainsi que la fermeture des «petits» blocs opératoires qui, faute d’activité, représentent une perte de chance pour les patients. Enfin, en insistant sur l’indispensable création de nouveaux métiers de la médecine, à mi-chemin entre l’infirmière et le médecin, qui permettrait à ces derniers de déléguer certains actes à des assistants médicaux non thésés. La culture du «tout médical» prendrait alors du plomb dans l’aile et les médecins se verraient soulager de tâches qui les éloignent de l’essence même de leur pratique. L’ouvrage n’hésite d’ailleurs pas à dénoncer les actes inutiles réalisés par certains médecins, encouragés par les patients. Mention spéciale pour le chapitre traitant du faux problème du dépeuplement médical des campagnes, pragmatique et passionnant.

Guy Vallancien salue pour finir la formation médicale continue, qui tire la médecine vers le haut en poussant les praticiens à être à la pointe de leur art. Un dynamisme indispensable pour une profession qui sait se remettre en question et nécessite un apprentissage permanent. C’est donc avec un discours franc et une honnêteté intellectuelle rare que l’auteur expose les défis majeurs qu’auront à surmonter les établissements de soins (et notamment l’hôpital public) en faisant fie de toute démagogie. Certaines positions sont discutables mais ont le mérite d’être présentées clairement, illustrées d’anecdotes et d’exemples qui agrémentent agréablement le propos.

Toutefois, le titre s’avère trompeur car Guy Vallancien ne s’attarde guère sur le problème du droit à la santé et des dérives médico-légales qui en découlent, pas plus que sur les comportements consuméristes des patients, pour privilégier une réflexion plus générale sur l’état de santé de la médecine française. Plus qu’une simple critique, l’ouvrage fait des propositions concrètes et inventives afin de tenter de nous sortir de cette impasse sanitaire, bien que celles-ci – comme toute politique - se montrent parfois utopistes. Un livre enrichissant, sensé et riche d’informations.


Océane Brunet
( Mis en ligne le 06/07/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Nous sommes tous des patients
       de Martin Winckler , Catherine Nabokov
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd