L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 22 mars 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2018
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Silence mortel
Samira Sedira   Majda en août
Rouergue - La Brune 2016 /  16 € - 104.8 ffr. / 137 pages
ISBN : 978-2-8126-1029-5
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm
Imprimer

Court roman ou longue nouvelle, un texte poignant de Samira Sedira. L'héroïne, Majda, la quarantaine, jolie, tente de rester debout. Mais les voix dans sa tête la rattrapent toujours : «Je sens toujours quand ça va craquer dedans. Je le sens, mais je le sens, j'ai un flair, tu verrais, ça ne loupe pas !».

Majda finit, dans un de ses délires qui l'emportent, par venir errer dans la ville où ses parents, Ahmed et Fouzia, habitent depuis toujours, sa ville d'enfance, celle qu'elle a fuie dès qu'elle a pu. Internée à l'hôpital psychiatrique, les soignants préviennent ses parents qui viennent la chercher pour la reprendre chez eux.

Avec une grande économie de moyens, Samira Sedira dresse la chronique au jour le jour du fragile retour de Samira à la vie, et surtout lève le voile sur les faits - connus de la seule Majda et de son frère Aziz - qui expliquent la situation actuelle.

Samira Sedira dresse avec sensibilité le tableau d'une famille maghrébine comme tant d'autres : arrivé en France au lendemain de la guerre d'Algérie, le père travailleur du bâtiment, musulman mais avec quelques distances dues à son enfance sous la protection d'une française qui l'avait en quelque sorte adopté. Une enfance de ce fait devenue douce, et un regard autre sur les «français» et leurs moeurs. Fouzia qui, en France, bloquée dans sa cité, enchaîne les grossesses : Majda puis six garçons. Fouzia toujours fatiguée que Majda seconde très vite, s'évertuant à être la petite fille sage, l'écolière modèle.

Les garçons, soudés, turbulents, et Aziz, l'aîné qui considère qu'en lui réside le devoir de surveiller l'honneur de la famille, qui méprise la tolérance dont fait preuve son père et dont il considère qu'elle les marginalise aux yeux des autres habitants de la cité. Honneur de la famille qu'une fille ne peut que souiller, si elle n'est pas étroitement surveillée...

Ayant repris Majda, chacun à sa façon, Ahmed et Fouzia tentent de l'entourer, de l'aider à guérir, perdus dans leur incompréhension d'une situation trop douloureuse, des non-dits entretenus. Au fil des pages, la dureté de la vie, mais aussi la tendresse qui affleure parfois à l'occasion de petits riens, de choses infimes, d'un verre d'eau, d'un repas en tête à tête marqué par le silence, d'un grand repas familial. La tendresse mais aussi l'impossibilité de communiquer dans ce milieux de «taiseux» trop absorbés par le quotidien et le poids des regards pour laisser la parole se libérer.

Un silence qui tue Majda à petit feu...


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 25/04/2016 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd