L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 15 août 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

''cul, bite et arabe''
Lydie Salvayre   Tout homme est une nuit
Seuil - Cadre rouge 2017 /  18,50 € - 121.18 ffr. / 250 pages
ISBN : 978-2-02-117370-3
FORMAT : 14,2 cm × 20,6 cm
Imprimer

Il faut dénoncer la "rhinocérisation" des esprits, cette mise au pas faisant croître sur un terreau d'inculture les préjugés les plus idiots, le racisme, l'homophobie et toutes ces aines bêtes et recuites contre l'Autre (Islam, le rat des villes, les femmes ou le cadre sup.). Certes. Lydie Salvayre manque hélas ici sa cible en déroulant une fable provençale confite elle-même de préjugés et de simplifications.

Lui, d'origine espagnole par sa mère, aisément confondu avec un maghrébin, le teint olive et émacié par un cancer, est cet homme urbain éduqué, cultivé, un rien précieux. Il a lu Flaubert et Valery, le Cardinal de Retz, et cite Baltasar Gracián ; il est venu dans ce petit village méridional se faire oublier du monde et oublier le sien, digérer la maladie, enterrer la séparation avec Lucile.

En face, le Café des Sports et sa tribu d'indigènes patibulaires, sous l'autorité de Marcelin, tribun craint et suivi, petit Trump ou Le Pen du cru, certain de son fait, et de ses idées toutes uniformément anti-modernes. Au bar, autour de lui, Emile, Gérard et les autres lui font une cour à sa mesure, bande de bouseux provinciaux, énergumènes façon "France périphérique".

Le roman alterne les discussions hautes en couleurs des villageois - ''cul, bite et arabe'' - , contre ceci, contre cela, contre l'Etranger surtout, puis, en italiques, les pensées du-dit métèque, la maladie, la solitude, et le rejet, d'abord symbolique, puis de plus en plus... incarné. Dans le village, seuls Mina et Augustin, le fils de Marcelin, le reconnaissent comme un alter-ego.

Dialogues de sourds donc, et un récit qui pâtit de cette incommunicabilité, par surdoses de clichés, manque de nuances, une simplification qui fait de ce village comme l'incarnation de notre temps, la France de Le Pen, le monde sous Trump et Poutine.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 22/01/2018 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd