L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 12 novembre 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2018
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Cinquante nuances d’Earl Grey
Balli Kaur Jaswal   Le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique
Belfond - Le Cercle 2018 /  21 € - 137.55 ffr. / 347 pages
ISBN : 978-2-7144-7575-6
FORMAT : 14,0 cm × 22,5 cm

Guillaume-Jean Milan (Traducteur)
Imprimer

Londres, de nos jours, quartier de Southall, «Little India». Le roman fait écho à de nombreux sujets d’actualité dramatiques : l’emprise de la religion et de la tradition dans la société indienne, et la toute-puissance des hommes, considérée comme naturelle dans certains milieux où la parole féminine est inexistante. Nikki, jeune Pendjabie sikhe d’une vingtaine d’années, se définit comme un mélange Orient-Occident. Sa famille garde des liens très fort avec l’Inde. Mindi, sa sœur aînée, vingt-cinq ans, après des études d’infirmière, envisage un mariage arrangé, comme la coutume indienne l’exige.

Nikki s’est affranchie des siens dans la douleur après une violente dispute au sujet de son mode de vie, son père étant décédé depuis deux ans. Elle vit à Shepherd’s Busch au-dessus d’un pub miteux dans lequel elle est serveuse, après avoir abandonné ses études de droit. Mindi souhaite que sa sœur affiche une petite annonce sur le panneau des mariages du temple de Southall. Nikki tombe sur une annonce de l’association communautaire sikhe qui recherche une animatrice pour un cours d’écriture et d’alphabétisation des femmes.

Cet atelier va se révéler surprenant car il se transforme en écriture de contes érotiques écrits par les veuves du quartier qui ont là un lieu pour s’épancher, raconter leur vie amoureuse passée et évoquer sans fard, entre femmes, le désir féminin. La plus jeune a trente six ans, et ces veuves s’habillent avec un «salwar-kamez» blanc, n’ont aucun statut social et ne participent à aucune cérémonie familiale, accusées de porter le mauvais œil. Elles n’ont plus le droit d’être en contact avec des hommes. Plus les veuves se dévoilent, plus elles mettent en avant les règles strictes de la communauté, les règles à accepter, l’honneur à respecter. Leurs écrits révèlent leurs envies profondes, leurs fantasmes secrets et une vie intérieure riche et insoupçonnée.

Le roman met en contraste les notions de tradition et de modernité, montrant la difficulté pour des Indiennes vivant en Occident de se soumettre à des mœurs ancestrales communautaires. Elles sont lardées de contradictions, ces femmes plurielles que les mariages arrangés ont rendues souvent malheureuses.

Balli Kaur Jaswal tisse une intrigue prenante, son récit n’est pas que militant, ponctué de contes érotiques inventés par les veuves et lus... entre gêne, gloussements et nostalgie. Les personnages, nombreux, sont bien dessinés, portés par une écriture fluide. Il n’en demeure pas moins que le statut de la femme en Inde est un grave problème, compliqué par la notion de caste toujours présente. Il existe encore des veuves qui se font brûler sur le bûcher de leur mari défunt, comme le voulait la coutume ancestrale.

Ce roman très agréable à lire leur rend hommage. Un plaisir à la fois coquin, grave et innocent...


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 18/06/2018 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd