L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 17 décembre 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2018
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Pretty Woman
Meryem Alaoui   La Vérité sort de la bouche du cheval
Gallimard - Blanche 2018 /  21 € - 137.55 ffr. / 260 pages
ISBN : 978-2-07-277792-9
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm
Imprimer

On ne sait trop que penser de ce récit verbeux, chroniques d'une jeune marocaine des années 2010, déroulées sous la forme d'un journal, en fait un interminable monologue.

Mariée jeune à Hamid, qui la séduit, puis la bat, puis la prostitue, puis la quitte, Jmiaa est une putain de Casablanca dont le destin fera une actrice, avec voyage en Amérique, et tout, et tout. La rencontre avec Chadlia - la ''bouche de cheval'' éponyme - transforme ce destin : de putain, elle devient comédienne. Entre-temps, Jmiaa parle de son entourage, les collègues, la mère, le mari, l'amant, la vie dans les rues de Casablanca... Sourd de cette marée de mots - trop de mots, peu d'oxygène - une radioscopie de la société marocaine contemporaine : machisme ambiant, statut de la Femme et telenovelas mexicaines à l'heure de la mondialisation...

La voix choisie se veut ''nature''. Meryem Alaoui écrit comme Jmiaa parle : le ton est spontané, direct, naïf, sans doute pour mieux dire les choses (la découverte des Etats-Unis, dernier quart du roman, accentue ce trait, là encore, un peu trop). Il en résulte ce paradoxe de la fraîcheur et de la lourdeur, qui leste la lecture, malheureusement.

Peut-être ce récit n'était-il pas fait pour la littérature mais pour le cinéma, justement, ou le théâtre. une sorte de ''Mère courage" en djellaba rouge, de "Malena" du bled, avec aussi, ce côté Agrippine de Bretecher pour la vulgarité assumée, l'intelligence très ''peuple'', la féminité guerrière.

Un très beau personnage donc, hélas servi par un roman inégal.


Thomas Roman
( Mis en ligne le 12/11/2018 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd