L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 16 juin 2019
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2018
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Romans & Nouvelles  
 

Les étrennes du facteur
Robert Cottard   Les Calendriers
L'Olivier 2019 /  17,50 € - 114.63 ffr. / 267 pages
ISBN : 978-2-8236-1508-1
FORMAT : 14,1 cm × 20,6 cm
Imprimer

Robert Cottard (né en 1945), après le service maritime de la poste au Havre (Queen Elisabeth, France…), est nommé définitivement à Criquetot l’Esneval où il reste trente ans jusqu’en 2000. Autodidacte, passionné de musique et d’art contemporain, il lit beaucoup, compose des chansons, et écrit.

Un véritable petit bijou littéraire : humour, humeurs, facéties, contrepèteries, souvenirs et autodérision entourent amoureusement le rituel des calendriers de la Poste. La distribution annuelle au cœur du pays de Caux est ainsi transformée en aventures romanesques savoureuses. A l’image de ces almanachs indémodables, voici une galerie de portraits croqués de façon désopilante.

A Gonneville le Mallet, à quelques kilomètres d’Etretat, Bob fait le tour du village sans discrimination. Les deux frères Pierre et Paul Brument, surnommés les PQ car leur travail consiste à vider les fosses septiques, «déboulent sur les routes sinueuses au volant de leur gros engin tractant une énorme tonne de purin dont une vanne mal fermée laisse couler sur la route un liquide brunâtre à l’odeur persistante». Gare au touriste qui les suit ! Passionnés de chasse, les deux frères choisissent chaque année un calendrier représentant un nemrod et son chien, et ils ne sont pas radins pour les étrennes.

Bernadette pleure en voyant les calendriers, son chat ayant été une victime innocente du ball-trap des deux énervés de la gâchette. Elle choisit donc toujours une image avec un félin. René le boulanger a une grande tendresse pour le facteur car il a appris la pêche en mer avec son grand-père dont c’était la passion. Il prend l’image d’une barque de Fécamp avec des mouettes ; sur l’autre face, trône le phare d’Ar-men pris d’assaut par les vagues. René a toujours le mot pour rire : «Et voici le phare de douché, lança-t-il d’autant plus ravi que Fouché est le nom de l’adjoint au maire !». Bien sûr, tous les chiens n’aiment pas le représentant de la fonction publique comme le bullmastiff borgne, Le Pen, que Bob aime provoquer avec sa voiture, provoquant l’ire de Raymonde, sa patronne versatile.

Chaque visite est l’occasion pour le narrateur de nous familiariser avec des personnages à l’histoire singulière. Avec un sens de l’observation aigu, une imagination débridée et un humour ravageur, l’auteur raconte ses chroniques villageoises... et chacun sait combien les ruraux sont cruels ! L’écriture est très fluide, élégante même ; on pense à Jacques Tati dont Bob semble avoir hérité du sens du geste et de la situation.

A lire absolument !


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 31/05/2019 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd