L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 21 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Policier & suspense  
 

Le sang de l’homme noir
Emmanuel Grand   Kisanga
Liana Levi 2018 /  21 € - 137.55 ffr. / 392 pages
ISBN : 979-10-349-0002-2
FORMAT : 14,2 cm × 21,0 cm
Imprimer

Alors que la compagnie minière Carmin, l'un des fleurons de l’industrie française, se prépare à célébrer le lancement de Kisanga, un partenariat avec un grand groupe chinois pour exploiter un gisement de cuivre au Congo, ainsi que l’inauguration dans trois mois de la première mine franco-chinoise au Katanga, un dirigeant de la société est assassiné dans de mystérieuses conditions.

Pendant ce temps, les services secrets français font appel à leurs meilleurs barbouzes pour retrouver un dossier brûlant, «Antioche», qui contient des révélations et des photos compromettantes pour Carmin à propos d’une mystérieuse affaire vieille de quinze ans, dossier qui a disparu à l’est du Congo. A l'époque, Rafael Da Costa, journaliste d’investigation, avait enquêté sur la CMA, ancêtre de Carmin, qui exploitait déjà du minerai au Congo avec la complicité du gouvernement français ; malgré son embargo, ce dernier percevait des rétro-commissions. Il avait échoué tout prés du but, faute de preuves, toutes escamotées.

Trois mois, c’est trop court pour lancer l’exploitation et une équipe de choc est envoyée sur place pour attendrir les autorités congolaises et obtenir à coups de pots-de-vin les autorisations requises. Parmi eux, Olivier Martel, jeune ingénieur, découvre en regardant les plans quelques aberrations dans le contrat et la répartition des sites miniers entre les Chinois, qui ont les meilleurs, et les Français, qui obtiennent les gisements les plus pauvres. Le journaliste contacte l’ingénieur... et les ennuis commencent... Les barbouzes, Carmin et les Chinois veulent récupérer «Antioche», toujours dans la nature.

Le roman est divisé en trois grandes parties. Emmanuel Grand, au sommet de son art, multiplie les pistes, les personnages, les intrigues, emportant son lecteur dans une Afrique brillamment décrite, ses richesses, les embroglii géopolitiques et économiques... La documentation est précise ; le roman constitue un vrai thriller au suspense haletant. Qui dénonce aussi la collusion des pouvoirs autour des richesses du sous-sol africain, trésor empoisonné, le travail d'enfants maltraités, les conditions inhumaines de travail dans les mines...


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 19/03/2018 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd