L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 15 août 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Fantastique & Science-fiction
Classique
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->    
 

A l’aube du Viêt-Nam
Anna Moï   Rapaces
Gallimard - NRF 2005 /  14.50 € - 94.98 ffr. / 189 pages
ISBN : 2-07-077433-3
FORMAT : 14x21 cm
Imprimer

Rapaces, le second roman d’Anna Moï, est indéniablement un très beau livre. En 1950, dans le Tonkin en guerre, un jeune homme entreprend un long et périlleux périple à travers les montagnes du nord. Parti d’Hanoi, il se rapproche de la frontière chinoise pour distribuer aux combattants communistes des lettres de leurs proches restés en ville.

Le roman tient plus du conte initiatique que du roman d’aventures. Franchissement de gué ou scène d’amputation, l’aventure est pourtant bien présente, mais elle est peu à peu éclipsée par la trame d’un second récit qui émerge en contrepoint, celui des années d’études à l’Ecole des Beaux-Arts et de la famine de l’hiver 1944-1945, que le héros, aveuglé par une existence confortable, a traversée sans y prêter attention.

A l’image des volatiles de bronze qui sortent de l’atelier du héros, Rapaces est frappé du sceau de la précision. L’ampleur et la qualité du travail documentaire effectué pour retracer, dans sa complexité, la situation géopolitique et sociale de l’hiver 1944-1945 sont saisissantes. Anna Moï a accompli le même effort pour se familiariser avec la faune et la flore tonkinoises, omniprésentes dans le récit. Ce regard acéré se marie parfaitement à la finesse d’une écriture classique, parfois à la limite de la préciosité.

La beauté du roman tient surtout au parfum d’éternité qui s’en dégage. Au cœur des forêts tonkinoises, dans les anfractuosités rocheuses, les soubresauts politiques tendent à s’éteindre, et la liberté humaine s’efface progressivement derrière l’immuabilité de la nature, des croyances et des traditions ancestrales.


Raphaël Muller
( Mis en ligne le 31/08/2005 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd