L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 14 novembre 2018
  
 
     
Le Livre
Littérature  ->  
Rentrée Littéraire 2018
Romans & Nouvelles
Récits
Biographies, Mémoires & Correspondances
Essais littéraires & histoire de la littérature
Policier & suspense
Classique
Fantastique & Science-fiction
Poésie & théâtre
Poches
Littérature Américaine
Divers
Entretiens

Notre équipe
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Littérature  ->  Rentrée Littéraire 2018  
 

Art et réalité
Valeria Luiselli   L'Histoire de mes dents
L'Olivier 2017 /  19,50 € - 127.73 ffr. / 192 pages
ISBN : 978-2-87929-756-9
FORMAT : 14,1 cm × 20,6 cm

Nicolas Richard (Traducteur)
Imprimer

Valéria Luiselli est née au Mexique et vit à New York ; elle a été élevée en Afrique et en Asie, parle de nombreuses langues et écrit aussi bien en espagnol qu'en anglais. Dans ce roman-essaie-
nouvelle-fiction, les références littéraires sont aussi éclectiques que centrées sur des auteurs essentiels. On y devine du Cervantès, du Edgard Allan Poe, du Enrique Vila-Matas... mais aussi, la
littérature européenne du 18ème siècle. C'est ce qui séduit le lecteur, cette facilité du grand écart dans la culture, mais aussi cette aisance à passer de l'artiste à l'artisan. Jongleuse,
funambule et dresseuse de fauves urbains, l'auteure navigue à vue et ne sort sa boussole (ses références artistiques) que pour mieux nous égarer.

La trame du roman, c'est l'histoire dans l'Histoire de Gustavo Sànchez-Sànchez, alias Grandroute, enfant et adolescent à vilaine dentition, né dans une petite ville mexicaine, "du genre a ne
pas faire de vagues"
, gardien de la sécurité dans une usine de jus de fruits, jusqu'à la quarantaine ; "et les jus de fruits, à leur tour, produisaient de l'art", petite phrase
énigmatique de début de texte à mettre en mémoire vive dans le processus de lecture. Il eut, à cette période, une femme, Flaca (maigre ? ) et un enfant, Siddartha (Hermann Hesse ?).
 
Ce n'est donc que tardivement qu'il devient commissaire priseur. A ce stade, le lecteur est déjà en overdose littéraire car l'écriture est subjuguante et regorge de références. Et voilà que ce
commissaire priseur, hyperbolique, parabolique, elliptique et allégorique, met ses propres dents en vente, les faisant passer pour celles d'illustres infâmes, entendez Platon, Pétrarque,
Montaigne, Rousseau ou encore Virginia Woolf. La vente va prendre une tournure inattendue car Siddartha, le fils perdu de vue, présent dans cette vente aux enchères fantasque, va acheter son
père. Acheter ? Racheter ?...

L'auteure considère son roman comme un objet qui change de forme selon les traductions. Car il est traduit dans une vingtaine de langues ; "déstabiliser l'affirmation obsolète de
l'invisibilité du traducteur"
, précise-t-elle dans sa postface. Le récit comporte un chapitre entier écrit par la traductrice américaine Christina Macsweeney qui retrace en organigramme
quelques clefs du récit, clefs utiles pour la compréhension mais inutiles pour la divagation et l'errance entre art et réalité. L'usine de jus de fruits étant un relai pour l'art, le lecteur fera
son opinion sur l'art, la vérité, l'opportunité et la futilité des objets, fussent-t-ils d'origine.

On risque donc de se casser les dents sur ce récit, car il n'est pas facile d'accès. Le dévorer à pleines dents reste néanmoins une façon conseillée de l'aborder.


Raymonde Roman
( Mis en ligne le 02/04/2018 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd