L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 17 juin 2019
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->    
 

La photo racontée par la photo
Christian Bouqueret   Histoire de la photographie en images
Marval 2001 /  29.92 € - 195.98 ffr. / 184 pages
FORMAT : 240 x 305
Imprimer

Christian Bouqueret est un critique connu pour ses livres très
documentés, qui explorent systématiquement la production de
l’entre-deux-guerres, notamment la Nouvelle Vision (Femmes
photographes des années 30 en France, Laure Albin-Guillot
, etc). On
ne s’attendait donc pas à le retrouver derrière le postulat un brin
provocateur du présent ouvrage… Postulat que l’on peut d’ailleurs trouver
contestable et qui s’énonce ainsi : il existe de très nombreuses histoires
de la photographie, dont certaines sont des monuments de science,
mais aucune qui laisse véritablement parler les images.

L’auteur réduit donc les commentaires au strict minimum, intercalant à
intervalles réguliers une double page sur fond jaune vif, qui affiche un
efficace résumé d’une période ou d’une tendance. Pour le reste, la parole
est aux clichés : environ 300, qui racontent davantage que l’histoire de la
photographie : l’histoire tout court… Son caractère d’instantanéité a fait de
la photographie le greffier idéal de l’événement. Certes, au début, les
temps de pose sur plaque limitaient sa capacité à saisir l’instant décisif
cher à Cartier-Bresson. Mais les vues de cadavres de la guerre de
Sécession (par Timothy O’Sullivan, 1863) ont la même puissance
d’évocation que les damnés brésiliens de la Serra Pelada, postérieurs
de plus d’un siècle (Salgado, 1986). De la toute première image, due à
Nicéphore Niépce – Point de vue pris d’une fenêtre du Gras à
Saint-Loup-de-Varennes
– redécouverte en 1952, aux monstres de
Witkin et Fontcuberta, on suit un itinéraire qui hésite en permanence entre
la fidélité au réel et son interprétation. A un Delacroix, qui s’extasie devant
l’exactitude anatomique d’un cliché de nu, répondent les pictorialistes qui
recomposent le vaporeux de l’impressionnisme (Reflet de
Notre-Dame
par Otthofer…

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la photographie documentaire
s’impose dès les origines. Que l’on pense à l’extraordinaire mission
héliographique sur les monuments de la France, menée en 1851 par
Bayard, Baldus, Le Secq, Gray et Mestral. La Farm Security
Administration, dans l’Amérique de la crise, la Datar dans la France du
miracle économique, ou, plus récemment, l’Agence Patrimoine Antique
en Provence, ne feront que rééditer ce type de commande. Dès 1859,
avec un éclairage au magnésium, Nadar fait le portrait du Paris
souterrain. Et que font les Becher dans les années 1980 par rapport à
Marville en 1871 ? Mêmes cadrages frontaux, même refus de
l’anecdotique, même souci du piqué - avec un avantage à Marville sur ce
dernier point… Le documentaire ne pourra devenir véritable reportage
humain qu’avec la diminution des temps de pose et le passage de la
plaque à la pellicule. La mise au point du Leica, en 1925, marque une
étape fondamentale. Comment, sinon, figer à la seconde de sa mort le
soldat républicain ? L’image de Capa devient une icône : par le biais des
magazines, Life, Match ou Réalités, la photo entre dans tous les foyers. Il
ne s’agit ensuite que d’asseoir sa domination : la mode, les
mouvements sociaux, la vie des riches et célèbres…

L’idée de Bouqueret est excellente. Elle a d’ailleurs été déjà utilisée pour
la peinture, comme le rappellent les mentions légales du début, qui
rendent un hommage honnête à Adam Biro et à son Histoire de l’art
en images
. Excellente car elle pose une vraie question : sait-on
encore regarder ? Non, très certainement. Et l’on se prend à regretter que
Bouqueret ne soit pas allé plus loin en regroupant tous les textes à la fin
pour nous laisser seuls avec les images. Vraiment seuls.


Rafaël Pic  Sélectionné par ArtAujourdhui.com
( Mis en ligne le 16/11/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd