L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 25 juin 2019
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Peinture & Sculpture  
 

Leçon de cubisme
 Collectif   Julio Gonzalez
Hazan 2004 /  35 € - 229.25 ffr. / 157 pages
ISBN : 2-85025-973-X
FORMAT : 23x29 cm

L'auteur du compte rendu : Béatrice Brengues a une formation d'historienne de l'art, elle s'intéresse aux arts décoratifs du XXe siècle et poursuit des recherches sur le sculpteur Joachim Costa. Elle travaille parallèlement à Drouot chez un commissaire priseur.
Imprimer

Ce livre est économe en mots mais il nous offre à voir. Ce silence convient d’ailleurs très bien aux oeuvres de Gonzalez. A les regarder avec attention, on comprend qu’elles diffèrent des sculptures de son époque, qui jouaient des creux et des bosses. Gonzalez travaille avec l’espace ; le vide et le plein sont alors ses enjeux : la nuance est plus tranchée ; il en naît une sorte d’Eloge de l’ombre comme en parle Tanizaki, et, si il y a une dimension zen, elle est agrémentée à la sauce catalane qui ne dément pas un certain brutalisme. Ses origami de métal à la composition sensible et douce laissent la griffe de la cisaille à vif et dissèquent crûment les plans du sujet.

En cela, c’est une véritable leçon de cubisme. Ami et collaborateur de Picasso, le sculpteur fait partie de l’avant-garde des années 20 et sait mettre en volume les idées du Maître. L’utilisation de plaques de tôle, radicalement nouvelle dans l’histoire de l’art, y est sans doute pour beaucoup. En effet, en rompant avec la taille ou le modelage, mises en oeuvre traditionnelles de la sculpture, Gonzalez invente l’assemblage et le découpage qui sont en lien direct avec la technique plus picturale du collage. Gonzalez est à l’aise avec la matière. Issu d’une famille d’artisans, il apprend très tôt les techniques du forgeron et s’initie à l’orfèvrerie. Le travail de la matière en prise directe est une des caractéristiques de son oeuvre, éloignée de tout illusionnisme ou de volonté décorative mais avec un côté propre et fini qui rend l’ensemble profondément aimable. Ses oeuvres ont la personnalité du sculpteur, d’un fond rebelle et visionnaire mais d’une expressivité retenue, discrète.

Ce livre est un catalogue d’exposition efficace. Jean-Luc Daval y signe un texte d’une dizaine de pages où il résume habilement l’art de Gonzalez dans l’histoire de la sculpture moderne. Des photos pleine page reproduisent l’intégralité des oeuvres exposées ; elles sont souvent proches de la grandeur nature car les oeuvres sont de petite dimension, ressemblant ainsi à des maquettes ce qui renforce encore leur côté expérimental. Le musée Maillol nous a proposé cet hiver non pas une grande exposition mais plutôt une exposition d’importance. En effet, la dernière rétrospective Julio Gonzalez à Paris datait du début des années 50, la sculpture étant souvent oubliée parmi le grand cirque culturel : intransportable, encombrante, difficile à scénographier.

L’intervention de L’Ivam a ici certainement facilité la donne puisque le musée de Valence détient un fond Gonzalez très complet. Une centaine d’oeuvres ont été sélectionnées parmi les quatre cents que compte cette collection. Elles couvrent l’intégralité de la carrière du sculpteur, depuis ses dessins, ses pièces d’orfèvrerie qu’il fabriqua à ses débuts, jusqu’à ses compositions abstraites de tiges hirsutes et la Tête de Montserra qui témoigne d’un certain retour à l’ordre dans les années 40. On reste marqué par ses masques développés dès 1928, au primitivisme latent, à la composition synthétique, si tellement là mais aussi ailleurs, à l’image de Julio Gonzalez, génie précurseur à la personnalité si discrète…


Béatrice Brengues
( Mis en ligne le 15/03/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Picasso et la céramique
       de collectif
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd