L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 16 juin 2019
  
 
     
Le Livre
Beaux arts / Beaux livres  ->  
Peinture & Sculpture
Arts graphiques
Architecture & Design
Photographie
Histoire de l'art
Manuels & guides
Beaux livres & Catalogues

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Beaux arts / Beaux livres  ->  Photographie  
 

Eclats de guerre
Alexandra Boulat   Eclats de guerre
Editions des syrtes 2002 /  39 € - 255.45 ffr. / 220 pages
ISBN : 2-84545-071-0

Préface de Bernard-Henri Lévy

Imprimer

Alexandra Boulat est une grande figure du photojournalisme contemporain. Pourtant, elle dit être tombée par hasard dans la guerre. Photographe pour l'agence de presse Sipa, Alexandra Boulat s'est embarquée pour la Yougoslavie en 1991 ; son responsable éditorial pressentait l'imminence de la guerre, il voulait fixer un monde au bord de l'abîme. Elle est donc partie capter les derniers moments de paix, dressant une sorte d'inventaire avant liquidation. Et puis vint l'explosion attendue : La guerre. Cela aurait dû sonner pour elle l’heure du retour en France. Mais la photographe décida de ne pas partir, de suivre ce pays dans sa descente aux enfers.

Publiées par des magazines comme National Geographic, Stern, Time ou Paris-Match, ses photos égrènent les actes du drame yougoslave : Slovénie, Bosnie, Croatie, Kosovo... Alexandra Boulat est l'un des rares photographes à avoir suivi ce conflit depuis le tout premier assaut sur la Slovénie jusqu'à l'entrée des troupes de l'Otan au Kosovo. Autant de reportages qui l'ont révélée comme l'un des meilleurs photojournalistes actuels. Depuis, elle cumule prix et distinctions pour son travail sur la Yougoslavie, comme le Prix Paris-Match et le Visa d'or du Festival de Perpignan en 1998. Ses images sont un témoignage, naturellement, mais elle dit n'être «d'aucun camp, pour aucune faction».

Ses clichés sont donc sans surenchère ni jugement. C'est peut-être ce qui les rend aussi efficaces. Dans ses photos, la tonalité brillante des chairs domine, déchire l'univers guerrier d'un gris mat étouffant. Cela donne des images aussi tragiques que diaboliquement belles. C'est atroce. C'est fascinant.


Vianney Delourme
( Mis en ligne le 13/12/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd