L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 26 juin 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Omniprésence de l'absence
Maïté Bernard   Monsieur Madone
Pocket - Nouvelles voix 2011 /  5.60 € - 36.68 ffr. / 150 pages
ISBN : 978-2-266-19738-0
FORMAT : 11cm x 18 cm

Première publication en janvier 2009 (Le Passage)
Imprimer

Monsieur Madone, de Maïté Bernard, s'inscrit dans les parcs du Château de Versailles, lors d'un après-midi d'hiver. Un homme, Hugo Brenner, s'est donné la mort dans son appartement après avoir été diagnostiqué d'un cancer en phase terminale. Cinq ans plus tard, sa famille et sa compagne, Clémentine, poursuivent leur travail de deuil, un travail laborieux pour redonner forme à des existences marquées par l'absence de «Monsieur Madone».

Photographe, Clémentine doit retourner à Versailles pour une séance de travail, Versailles où elle n'avait pas remis les pieds depuis les funérailles, passant les cinq ans écoulés à fuir sa peine. Ce retour la pousse à retrouver les lieux où débuta, et s'interrompit si brutalement, son idylle : l'appartement de Monsieur Madone et la maison familiale. Elle accepte ainsi une invitation à dîner des Brenner, repas durant lequel elle se demande si elle est vraiment prête à affronter tout cela.

Quand Nicolas Brenner, le jeune frère de Hugo, arrive, Clémentine part en promenade avec lui dans le parc et ses allées peuplées de fantômes. Ensemble, à l'aise, ils tentent de dévoiler leurs souvenirs de Monsieur Madone, ces moments tour à tour joyeux et difficiles, l'influence qu'il eut sur tous ceux qui ont croisé son chemin. Ils se confessent également : avec la perte du frère, du héros, ils ont laissé tous deux partir leurs vies à la dérive, dans un complaisant effondrement. Si Clémentine a tout laissé tomber, prête à une dérive personnelle vers la mort, lente mais assurée, Nicolas, lui, s'est laissé emporter dans un tourbillon de décisions légères et dangereuses, sinon honteuses pour sa famille. Ensemble, au gré de pas les enfonçant dans le parc, ils entament une sorte de rédemption. Parce que Monsieur Madone leur avait appris comment vivre et aimer, ils doivent à présent réapprendre à aimer et vivre sans lui.

Bien que le roman ne s'étende que sur un seul après-midi, le récit, perçu à travers le regard de Clémentine, s'étoffe des moments passés, toutes ces années rappelées à leur mémoire. Alors qu'elle tente avec Nicolas d'entrevoir ce que peut être l'avenir, ses propres pensées tissent ensemble, en une tapisserie sublime, cette collection de souvenirs, révélant ces passés jumeaux vécus par elle et lui auprès de Monsieur Madone.

La lecture de ce roman est émouvante et d'une beauté touchante. Les personnages, jusqu'à Monsieur Madonne, absent omniprésent, portent des caractères subtils dans leur simplicité. Toujours palpables, les émotions dévoilées ne sont jamais excessives, plongeant sans heurts le lecteur dans ce combat psychologique. Quant à la question de la mort, du suicide et du deuil, elle est soulevée de manière à provoquer le lecteur, sans jamais être pesante cependant. Un roman captivant, triste et sincère, où se niche, aussi, la lumière de l'espoir.


Monica Heffron
( Mis en ligne le 25/07/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd