L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 18 octobre 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Liberté, Électricité, Fragilité
Patrick Lapeyre   La Vie est brève et le désir sans fin
Gallimard - Folio 2012 /  6.95 € - 45.52 ffr. / 350 pages
ISBN : 978-2-07-044622-3
FORMAT : 11cm x 18cm

Première publication en août 2010 (P.O.L.)
Imprimer

S’il y avait un prix du plus beau titre de roman, nous l’attribuerions surement à Patrick Lapeyre car il contient ce qu’il faut d’excitant pour ouvrir notre appétit de lecture. Il est aussi à l’image de son livre, électrique, et de notre vie telle que nous la rêvons.

Une femme entre deux hommes. Nora, la belle Anglaise fraîche et délurée, décide de revenir à Paris dans la vie de Louis, looser des temps modernes, qui n’y montre aucune opposition. Elle abandonne alors Murphy, trader à Londres, en lui ponctionnant une partie de ses bas de laine. Le roman commence en toute légèreté, dans la joie de la passion et du sexe et le glamour de la double vie. Mais la fugue file vers la folie et l’obsession, vers un destin lourd et tendu. Un aller-retour à Londres plus loin, chacun valse dans ses hésitations avec ce qui lui reste de raison puis se laisse couler irrésistiblement dans le désir de l’autre. Louis, le dandy désabusé, voit son mariage se déliter, Murphy, ses économies y passer, et Nora, sa jeunesse s’étioler, et sa carrière d’actrice s’éloigner.

Le dernier roman de Patrick Lapeyre est une chronique annoncée de la catastrophe amoureuse. On les voit s’aimer, on les voit sombrer. Leurs relations sont irrépressibles et sans issue. Ils n’exigent rien et ne refusent pas non plus ce qui vient de l’autre. Si l’amour est le leitmotiv, l’argent est l’autre dynamique essentielle du roman, une dynamique de la perte. Se ruiner, perdre ses illusions, perdre la vie, et rajouter du sel même (et surtout) si les plaies sont béantes.

C’est avec un certain humour et en ne sacrifiant rien à la demi-mesure des sentiments que nos anti-héros se rendent si attachants et que le roman prend toute sa saveur.


Béatrice Brengues
( Mis en ligne le 26/04/2012 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • L'Homme-soeur
       de Patrick Lapeyre
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd