L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 18 août 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Beauté sacrifiée
Anne Percin   Le Premier été
Actes Sud - Babel 2014 /  7 € - 45.85 ffr. / 180 pages
ISBN : 978-2-330-03422-1
FORMAT : 11,0 cm × 17,5 cm

Première publication en août 2011 (Rouergue - La Brune)
Imprimer

Un beau roman émouvant d’Anne Percin dont c’est le second titre après Bonheur Fantôme (Prix Jean Monnet des jeunes européens, 2009). Anne Percin est aussi un auteur jeunesse original, et ici ses deux champs d’écriture se rejoignent, dans ce récit de souvenirs de la fin d’une adolescence.

Catherine, la narratrice, une trentaine d’années, vient avec sa sœur achever de vider la maison familiale en Haute Saône, que leur parents veulent vendre. Resurgissent alors avec les objets à ranger, à trier, à jeter, à donner, tous les souvenirs d’étés interminables et heureux passés ensemble chez leurs grands-parents.

On retrouve l’atmosphère solaire de ces vacances rurales et paisibles qui pouvaient paraître éternelles, sous l’œil bienveillant des grands-parents. Journées partagées entre siestes, menus travaux d’aide ménagère, jeux, piscine, rencontres. Cadette, Catherine suit les succès de sa sœur aînée et vit un peu dans son ombre ; chaque année, les deux sœurs retrouvent les enfants du village, toujours les mêmes, et les jeunes, chaque année différents, de la colonie. Entre les deux groupes se nouent des relations fondées à la fois sur l’affrontement et la fascination, le clou des vacances étant la soirée organisée à la colonie, à laquelle des jeunes du village sont invités, dont nos héroïnes.

Un peu solitaire, différente, Catherine se plait cet été-là à lire seule Le Grand Meaulnes dans le grenier, ou à arpenter la campagne tandis que le reste de la maisonnée fait la sieste. Et un jour…

On ne dévoilera rien de l’intrigue qui tend ce court récit, histoire qui aurait pu être celle banale d’une rencontre amoureuse entre jeunes adolescents et qui devient autre ; dès les premières lignes, l’auteur annonce «Un drame dont je ne suis peut-être pas responsable». Puis le récit se déroule, les instants quotidiens dans la France des années 1970, les stades différents de l’adolescence, incarnés par les deux sœurs, la société du village, le poids du conformisme, conformisme reconnu et accepté davantage sans doute qu’imposé de façon autoritaire. Conformisme qui empêche de voir l’essentiel : la beauté lorsqu’elle se présente sans apprêts ni séduction. Cette beauté, Catherine seule la reconnaît mais n’ose aller au bout de ses choix, envers et contre tous, et du même coup participe à son sacrifice.

Anne Percin sait faire naître des ambiances, construire des personnages et approcher l’adolescence énigmatique. Ce court texte, presque une longue nouvelle, se lit d’une traite et demeure…


Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 22/10/2014 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Bonheur fantôme
       de Anne Percin
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd