L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 24 avril 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

Chienne de vie
Kerry Hudson   Tony Hogan m'a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman
10/18 2015 /  8,10 € - 53.06 ffr. / 336 pages
ISBN : 978-2-264-06445-5
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication française en janvier 2014 (Éditions Philippe Rey)

Françoise Lévy-Paoloni (Traducteur)

Imprimer

Sors de là, p… de foutue petite morveuse !» C'est de ces mots que Janie Ryan est accueillie à son arrivée sur terre, à Aberdeen, par sa gentille maman. C’est aussi la première phrase du premier roman de Kerry Hudson et tout le livre sera à l’avenant : on ne s’ennuie pas avec les femmes Ryan, une longue lignée de mères toujours obligées de se battre pour survivre et élever leurs enfants qu’elles aiment par-dessus tout. «Les femmes Ryan au mauvais caractère, à la bouche pleine de gros mots et au grand cœur meurtri».

Sa mémé aux yeux violets avait prédit qu’elle serait sournoise, en faisant des ronds de fumée de Benson et Hedges sur le ventre gonflé de sa maman. Mais mémé, fanatique de loto, n’a pu assister à la naissance de son premier petit-enfant. A la maternité, les membres de la famille observent le bébé d’un air soupçonneux, et si proches qu’elle peut sentir qu’ils ont surtout bu de l’alcool. Jany ne connaît pas son père même si sa mère, Irène, qui se fait appeler Iris, lui dit que c’est un «américain glamour» qu’elle a rencontré à Londres...

Iris et son nouveau-né, après une dernière dispute arrosée avec mémé, sont bientôt à la rue. Elle est optimiste et croit toujours au nouveau départ, à une vie plus belle, d’Aberdeen à Londres, de Canterbury à Glasgow. «On devait déménager à la cloche de bois (…). On partit un jeudi à minuit dans un Transit bleu qui avait des plaques de rouille comme un chien la gale, et des phares tristes rafistolés au ruban adhésif à la place des yeux».

Kerry Hudson fait à la manière d’un roman picaresque et de façon semi-autobiographique le récit d’une jeunesse dans les sordides HLM écossais, les portraits de femmes et d'hommes inaptes au travail, décrit les files d’attente du lundi pour encaisser l’aide sociale. On pense à l’enfance de l’Irlandais Frank McCourt qui vécut dans le même milieu, à une autre époque ; la lutte contre les puces est la même ! Ils vivent dans des quartiers repoussants de saleté, avec des seringues que ramasse Tiny, la petite sœur de Janie. On se nourrit de sandwichs à la margarine quand il y a quelque chose à manger et que l’argent de l’aide sociale n’a pas servi à l’achat de bouteilles, et les négociations sont tendues avec les gens de l’aide sociale, qui placent même Janie pour un temps dans un foyer où elle est heureuse, le temps que sa mère trouve un appartement décent.

Dans la vie de Janie, passent plusieurs «nouveaux papas» dont Doug qui lui donnera sa petite sœur Tiny, et le pire de tous, Tony Hogan, fasciste à croix gammée, qui martyrise Iris en la frappant si violemment qu’elle ira à l’hôpital. «Les coups font encore plus mal si quelqu’un regarde et les bleus sont plus gros».

Elle apprend aussi les lois de la jungle urbaine en s’affranchissant des allégeances sectaires et des convictions religieuses de chaque nouveau quartier. Mais entre les longs séjours au lit de sa mère, soignée par des tranquillisants, et les gâteaux Fray Bentos, Janie découvre les plaisirs illicites des bibliothèques, et, à travers eux, la possibilité d’avoir un destin différent.

L’histoire de Janie se déroule dans les régions les plus pauvres, les plus marginalisées de Grande Bretagne, où la violence conjugale est répandue, où les possibilités d’éducation et d’emploi sont limitées où la boisson, la drogue et le sexe sont les rites de passage d'ados comme Janie, à l’instar de sa mère ; on penser aussi aux films de Ken Loach.

Le livre suit la chronologie et la géographie de la propre éducation de Kerry Hudson qui a le même âge que Janie. C’est un remarquable roman sur l'amour et la fidélité (un amour féroce mais indéfectible entre la mère et la fille), une histoire d’amitiés désespérées entre des femmes qui sont dans la même galère ; l’aventure d’une héroïne irrésistible d’humour et d’autodérision, d’une famille hilarante qu’on ne peut pas aider mais qu’on pourra beaucoup aimer.


Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 09/10/2015 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd