L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 24 avril 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

L'odeur de la fumée
Paul Lynch   Un ciel rouge, le matin
Le Livre de Poche 2015 /  6,60 € - 43.23 ffr. / 288 pages
ISBN : 978-2-253-08716-8
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Première publication française en février 2014 (Albin Michel)

Marina Boraso (Traducteur)

Imprimer

Paul Lynch est originaire du Donegal. Il signe, avec Un ciel rouge le matin un premier roman.

La pluie battante n’a pas réussi à chasser, aux abords de la forêt, l’odeur de la fumée. On distingue, à travers les goutes qui tombent lourdes et serrées, ce qui reste de la pauvre cabane : un tas de cendres encore fumantes. Ainsi, ils sont déjà passés, venant assouvir leur vengeance en brûlant les restes de sa vie…

Quand tout est consommé, que l’irréparable s’est produit, il ne reste plus qu’à fuir, fuir les conséquences de ce meurtre involontaire commis sous l’emprise d’une fureur aveugle. C’est pourtant un doux, Coll Coyle, un homme responsable, apprécié de tous, dur à la tâche, bon père et bon mari. Il a fallu des circonstances bien tragiques pour le pousser ainsi au crime : expulsé de la terre qu’il cultivait et son père avant lui, jeté sur les routes par le caprice d’un jeune maître dépravé. Il voulait seulement comprendre, plaider sa cause, savoir pourquoi… La rage alors l’a pris et pourtant il ne voulait pas... Mais, l’injustice insupportable... Mais, la révolte au-delà des mots... Sa femme, son enfant tant chéri, le bébé à naître, tous ont disparu. Dans les cendres de sa cabane, il a retrouvé un ruban blanc devenu gris, celui que portait dans ses cheveux sa petite fille. Ce ruban lui servira de bannière dans sa fuite.

Coll va entamer ainsi une longue errance qui le conduira de sa terre d’Irlande jusqu’en Pennsylvanie, jusqu’à se joindre à ces hommes perdus qui, sous un soleil implacable, arasent les collines pour permettre le passage d’une voie ferrée. Chaque fois découvert, chaque fois fuyant plus avant avec obstination. Les dangers, la mort quelquefois toute proche, le dénuement, la faim, le froid, la rage, le désespoir à travers la misère de cette société du début du dix-neuvième siècle, de temps à autre une lueur, une presque certitude redonnent espérance. Il emporte dans sa course des images heureuses de son enfance et de sa jeune vie d’homme aimé. Il y a aussi Cutter, le compagnon d’infortune, rencontre improbable. Lequel des deux sauvera l’autre ? Ou les deux seront-ils perdus ?...

On ne sort pas indemne de ce roman écrit dans une langue soyeuse, d’une poésie rude et tendre. On entend, on sent, on éprouve, on partage.


Anny Lopez
( Mis en ligne le 07/10/2015 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd