L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 22 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

L'art du ressassement
Thomas Bernhard   Les Mange-pas-cher
Gallimard - L'Imaginaire 2018 /  6,50 € - 42.58 ffr. / 128 pages
ISBN : 978-2-07-276663-3
FORMAT : 12,5 cm × 19,0 cm

Claude Porcell (Traducteur)

Imprimer

Thomas Bernhard (1931-1989) est un écrivain autrichien important dont l'oeuvre littéraire repose essentiellement sur sa propre biographie. L'expérience de l'être est prétexte à l'expérience esthétique, et toutes deux sont intimement imbriquées dans des récits autobiographiques sans concession. Ses textes majeurs, L'Origine, La Cave, Un enfant, Extinction, témoignent avant tout et avec talent d'une obsession stylistique. La typographie même des textes (gros bloc, sans paragraphe, sans retour à la ligne), et le style (rude, redondant, obsessionnel) confèrent à son œuvre un aspect dur, violent et direct. Les Mange-pas-cher ne déroge pas à ce parti pris esthétique radical mais en montre aussi ses limites. Bernhard a ce talent de faire part d'une idée, d'une anecdote, d'une information, en employant trois ou quatre phrases d'affilée avec seulement quelques variantes typographiques. La rudesse du style, l'obsession de la redondance, l'âpreté de la confession peuvent alors décourager le lecteur.

Ici, un personnage, vu par un narrateur, s'invite à la table de "petites gens" fréquentant la même cantine et vit une expérience totale. Pas d'histoire très claire donc mais un point de départ permettant à l'auteur de s'exprimer et de plonger dans l'âpreté d'une l'existence marquée par la douleur, la solitude et le malheur. Dans ce récit hybride, iconoclaste, inclassable, la répétition comme figure de style domine et finit par choquer. Les termes "mange-pas-cher" mais aussi "la CPV", "l'Œil de Dieu", "la physiognomonie" sont employés chacun une bonne centaine de fois et à raison parfois de 10 par page ! Ce qui lasse quelque peu...

Ce livre extrême et hybride, dans la veine littéraire de l'auteur, ne décevra pas les inconditionnels qui apprécieront un art porté à son extrême. On conseille aux autres d'appréhender cette œuvre en commençant par d'autres récits, comme Un enfant (1982).


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 26/03/2018 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd