L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 25 juin 2019
  
 
     
Le Livre
Poches  ->  
Littérature
Essais & documents
Histoire
Policier & suspense
Science-fiction

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Poches  ->  Littérature  
 

S'excuser de vivre
Jean-Denis Bredin   Trop bien élevé
Le Livre de Poche 2010 /  4,50 € - 29.48 ffr. / 92 pages
ISBN : 978-2-253-12608-9
FORMAT : 11cmx18cm

Première publication en novembre 2007 (Grasset)
Imprimer

Ce que je voudrais ici, c’est décrire les premières années d’un enfant trop éduqué, et, à travers lui, si je le puis, les sentiments, les mentalités, les rites qui dominaient encore une part de la bourgeoisie quand vint la guerre de 1939.»

Livre de confessions : Jean-Denis Bredin retrace avec pudeur son enfance, une enfance de solitude. Enfant non voulu, balloté entre des parents divorcés, il a toujours eu cette impression d’être de trop. De ses années sous le toit paternel, il se souvient de cette froideur, de cette austérité vertueuse. Issu d’une famille bourgeoise juive alsacienne, son père a toujours cru dans le travail, le sérieux et la loyauté. De cette prime enfance, l’auteur ne se souvient que de la peine, de l’esseulement, cette envie toujours présente de connaître la chaleur parentale.

Mais il n’y a aucune révolte en lui, il remplit son rôle de fils parfait avec résignation, apprenant sans relâche ses leçons pour ne jamais décevoir, posant sa serviette de telle manière pour ne pas dépareiller sur la tableau familial si parfait. «Aussi apprenions-nous, très jeunes, notre devoir, qui était d'aider les autres à vivre, de sourire, d'être sages, de tendre la main, de faire des compliments.»

C’est toujours avec ce même visage impassible et froid qu’il a dû affronter le décès de son père, car même si sa mère était issue d’une bourgeoisie plus ostentatoire, marquer toute forme d’émotion est toujours considéré comme vulgaire. Être de façade, l’auteur devient ce petit enfant sans saveur, qui a toujours peur de déranger. Seule la littérature, source d’émerveillement, lui permet de s’évader ; il rêve secrètement d’avoir la verve d’un Cyrano ou d’écrire comme Arthur Rimbaud.

Un roman court, aux phrases émouvantes : Jean-Denis Bredin raconte cette enfance figée, une enfance solitaire et douloureuse, qui s’est achevée avec l’apparition de l’étoile jaune. Ses amis juifs partis, il ne cessera jamais de s’excuser de vivre.


Catherine Martinez-Scherrer
( Mis en ligne le 20/01/2010 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Une singulière famille
       de Jean-Denis Bredin
  • Et des amours desquelles nous parlons...
       de Jean-Denis Bredin
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd